Auracan » Indiscretions » Le FIBD d'Angoulême s’engage avec la FNAC et la SNCF

Le FIBD d'Angoulême s’engage avec la FNAC et la SNCF

L’annonce du partenariat du Festival international de la BD d’Angoulême avec la Fnac et la SNCF, avait, pour le moins, surpris en septembre, notamment parce qu’elle signifiait l’éviction, apparemment sans état d’âme et sans les formes, du sponsor historique, les magasins Leclerc. Les deux groupes ont souhaité corriger le tir et ont invité la presse, les éditeurs et les auteurs le 23 octobre à la Cité de l’architecture et du patrimoine, dans le Palais de Chaillot (dans le XVIe arrondissement à Paris) pour présenter les raisons positives de cette nouvelle alliance prévue pour durer au moins quatre ans.


Franck Bondoux, délégué général du FIBD

Franck Bondoux, délégué général du festival, a tenu à insister sur le fait qu’« il n’existe pas de grand événement sans grands partenaires ». Ce n’est donc pas sans fierté qu’il voit le premier festival de BD dans le monde s’associer à :

  • la Fnac, premier libraire de France, implantée dans 8 pays, 150 millions de clients par an, et premier site marchand sur internet et
  • la SNCF, premier transporteur de voyageurs en France, 1 milliard de voyageurs par an et première agence de voyages en ligne.

Les deux entreprises militent pour une culture populaire du livre et en particulier de la BD. La Fnac rappelle sans complexe qu’elle dispose d’une part de marché plus importante dans la BD que dans le livre en général, et d’un capital de sympathie auprès d’un public habitué à venir lire les albums dans les rayons de ses 67 magasins. La SNCF est déjà partenaire de plusieurs événements culturels et Guillaume Pépy, son directeur général exécutif, a insisté sur l’engagement de l’entreprise nationale sur le thème de la lecture, et notamment le « souhait de faire revenir le livre dans les gares » et les trains.


Denis Olivennes, PDG de la FNAC

Le PDG de la Fnac, Denis Olivennes, ne boudait pas son plaisir, lui qui « rêvait de ce partenariat depuis des années » et qui a su saisir l’occasion quand elle s’est enfin présentée en mettant un chèque « assez élevé pour satisfaire le festival ». Ni la SNCF, ni la Fnac n’ont voulu préciser le montant du chèque pour ce sponsoring. En revanche, les deux entreprises entendent bien rentabiliser l’investissement par :
- une présence sur le festival, notamment autour d’une exposition multimédia sur les « 35 ans de Grands Prix de la ville d’Angoulême » ;
- des temps forts BD tout au long de l’année dans les gares, les librairies Fnac, mais aussi les sites internet dont le nouveau site interactif www.fnaclive.com sans doute appelé à gagner un onglet BD ;
- la création d’un prix Essentiel Fnac-SNCF du public récompensant à Angoulême un album choisi dans la cinquantaine de titres sélectionnés par le public qui votera dans les magasins, les gares et sur internet ;
- la vente de billets et de packages complets (en cours d’élaboration).


L'illustration signée José Muñoz, destinée à l'affiche de l'édition 2008 du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême

Aux détracteurs, les trois nouveaux partenaires demandent du temps pour installer cet engagement et précisent que tous les changements ne seront pas évidemment visibles dès janvier 2008. Ils comptent bien non seulement asseoir la réputation du festival, mais développer son aura, et avec lui, promouvoir tous les genres de la BD auprès de cibles des plus larges et des plus étendues, en tout cas bien au-delà des murs d’Angoulême... Les organisateurs attendent d’ailleurs le feu vert des collectivités locales pour réimplanter dès 2008 le festival au cœur de la ville entre les places de New York et du Champ-de-Mars. L’ensemble du programme du festival, dont l’affiche de José Munoz a été dévoilée pendant la conférence de presse, sera précisé en début décembre.

Partager sur FacebookPartager
Manuel F. Picaud
26/10/2007 - source : auracan.com