Auracan » Indiscretions » Valse avec Bachir, du film à la BD

Valse avec Bachir, du film à la BD

Lundi 7 juillet, Auracan.com s’est rendu à une projection privée du film Valse avec Bachir à Issy-les-Moulineaux. Arte et Casterman avaient convié la presse spécialisée BD. La maison d’éditions du groupe Flammarion sortira en effet la BD du film coproduit par la chaîne de télévision franco-allemande le 15 janvier 2009. Retour sur ce film envoûtant.

Ari
© Ari Folman / Arte France - ITVS International
Le long métrage réalisé en 2007 par Ari Folman, présenté en avant-première à Cannes en mai 2008, est diffusé au cinéma depuis le 25 juin. Il s’agit d’un étonnant film d’animation. Il est comme calqué sur des images réelles, le réalisme est étonnant. Pourtant, en même temps, le dessin atténue la violence du thème jusqu’au final saisissant. Le film parle des horreurs insoutenables de la guerre, d’un épisode de la guerre au Moyen-Orient : le terrible massacre des réfugiés de Sabra et Chatila à Beyrouth Ouest en 1982.

Le président Béchir Gemayel vient d’être assassiné. Les forces israéliennes envahissent le pays pour maintenir l’ordre. Les phalangistes chrétiens crient vengeance et pénètrent dans les camps de réfugiés gardés par les Israéliens. S’en suivront des scènes d’une rare violence. Les soldats israéliens chargés du maintien de l’ordre n’interviennent pas. Ou bien trop tard, après un massacre inouï...

Ari
© Ari Folman / Arte France - ITVS International
L’originalité du film est de se placer dans la peau d’un de ces soldats israéliens qui tente de recouvrer la mémoire des faits plus de vingt ans après. Il s’est plongé dans une sorte d’amnésie comme pour se disculper de sa responsabilité. Un jour, un de ses amis lui parle d’un rêve dans lequel 26 chiens viennent le harceler. 26, comme les 26 chiens qu’il a tués pendant la guerre du Liban. C’est le point de départ pour le réalisateur d’une recherche auprès de ses anciens compagnons d‘armes pour comprendre ce qui s’est passé, pour se souvenir. Le film est une sorte de reportage autobiographique qui lui permet de retrouver progressivement l’image tragique de la réalité historique. Et de nous la faire partager. Les témoignages sont bouleversants.

Ari
© Ari Folman / Arte France - ITVS International
Côté technique, le graphisme est superbe. L’image alterne entre des entretiens avec d’anciens soldats, des images rapides, comme des flashs, de l’ambiance de l’époque, et des ralentis prenants, laissant le temps aux spectateurs de se plonger dans le vécu de ces jeunes soldats. Il a été réalisé à partir d’un film vidéo dont ont été tirés 2300 dessins, qui ont ensuite été animés. Le responsable de ce travail mélangeant animation Flash, animation classique et 3D est Yoni Goodman, directeur d’animation du studio Bridgit Folman Film Gang. L’effet est véritablement bluffant.

Après le succès du roman graphique Persépolis de Marjane Satrapi, adapté au cinéma, c’est donc le processus inverse que proposent les auteurs. Le 15 janvier 2009, Casterman publiera la bande dessinée du film qui devrait marquer la rentrée du début de l’année.

Partager sur FacebookPartager
Manuel F. Picaud

Remerciements à Kathy Degreef des éditions Casterman

Pour en savoir plus : le site officiel du film

16/07/2008 - source : auracan.com