Auracan » Indiscretions » Soleil en bulles, bulles de soleil (2/7)

Soleil en bulles, bulles de soleil (2/7)

L’été sert, entre autres, à se reposer, à prendre des couleurs, à musarder sur les plages, à visiter châteaux et monuments de France, de Navarre comme du monde entier. Mais, quitte à bronzer, autant buller (un peu), n’est-ce pas ?

Auracan.com vous propose une sélection de titres à lire ou à relire, dont le site ne s’était pas fait l’écho pour mille et une raisons, et que ses rédacteurs avaient pourtant appréciés. Voici le 2e épisode de notre session de rattrapage, en plus des autres sélections, pendant les mois de soleil…

Casterman
© Casterman
L’été est propice aux voyages, et quand c’est pour un anniversaire, pas la peine de s’en priver. Quatre cents ans déjà que Samuel de Champlain a créé la ville de Québec, le 3 juillet 1608 pour être précis.

Quoi de plus normal, pour des auteurs de bandes dessinées, que fêter eux aussi à leur manière cet anniversaire. La brochette est belle : Jimmy Beaulieu, Jean-Sébastien Duberger, Emmanuel Moynot et Étienne Davodeau côté dessins, Jean-Louis Tripp, Émile Bravo, Philippe Girard et Pascal Girard côté scénario. Le tout donne un album, Québec, un détroit dans le fleuve (Casterman), qui se lit avec grand plaisir, tant pour les informations que pour les histoires, truculentes à souhait. À signaler aussi, chez Sangam, le bel album Champlain, je me souviens par Philippe Girard (scénario) et Guy Michel (dessin), la première bande dessinée consacrée au fondateur de Québec, suivie de Un French, récit de Yannick Jaulin illustré par Guy Michel.

Futuropolis
© Muñoz - Sampayo / Futuropolis
Aimez-vous le tango ? Si tel est le cas, impossible de rater la première partie de la biographie dessinée de Carlos Gardel, la Voix de l’Argentine, par ses compatriotes Muñoz et Sampayo (Futuropolis). Les deux compères, auteurs de nombreux albums, donnent leur vision de celui qui fut l’un des Argentins idéaux, en ce que ce grand chanteur avait traduit, par le tango, l’âme de ce pays tout au bout de l’Amérique latine. Le trait noir et blanc, somptueux, toujours déroutant, sert parfaitement le sujet, et les dialogues sont merveilleux.

Tout est – presque, seulement, presque – dit dans cet échange entre Alfredo et Carlos. (Carlos) : « Ce qui imprègne mon chant, c’est la nostalgie, Alfredo, Même si tu me vois sourire. Il me manque toujours quelque chose… » (Alfredo) : « Tu ne veux pas me dire, Carlitos, c’est ton secret. » (Carlos) : Je suis en train de te le dire : la nostalgie des villes, de la campagne, de ma petite mère et de mes amis. Nostalgie de Tacuarembó, de Toulouse, de Buenos Aires, qu’importe l’endroit où on est né… »

Mosquito
© Toppi / Mosquito
On quitte les Amériques pour le pays du Soleil-Levant, avec le recueil Tanka, de Sergio Toppi, chez Mosquito.

Comme toujours dans les albums de l’auteur italien, l’atmosphère est des plus étranges, fortes, violentes, avec ce petit rien qui fait déraper la réalité vers des univers proches du surnaturel. À partir d’un poème – un tanka – de la princesse Shiriko, qui vécut au Xe siècle, Sergio Toppi compose ces quatre histoires de ronins, de samourais, d’amour, de haine, d’honneur, de devoir, dans le Japon médiéval, avec un écho à une époque bien plus proche de nous…

Bonnes vacances, bonnes cases, et surtout, bonnes lectures !
À suivre...

Partager sur FacebookPartager
Mickael du Gouret

visuel en médaillon extrait de l'album De Gaulle à la plage © Jean-Yves Ferri / Dargaud

28/07/2008 - source : auracan.com