www.auracan.com
Dom Domi contre Lucky Luke

 

Alors que L'Artiste-peintre, le dernier Lucky Luke, se classe dans le top 3 des meilleures ventes d'albums, Morris et Bob de Groot viennent de recevoir un courrier de Maître Catherine Maes, un avocate bruxelloise, concernant ce nouvel épisode mettant en scène "l'homme qui tire plus vite que son ombre". Au centre du problème: le scénario de ce quarantième récit. Un certain Dominique Vandael, "connu" en BD sous le nom de Dom Domi, en revendique, en effet, la majeure partie de la paternité (le pauvre...).

Pour comprendre ce "bazar", il faut retourner vingt ans en arrière. Notre petit Dom est alors un jeune et brave garçon qui a bien envie de devenir un professionnel de la bande dessinée. Il a donc des contacts avec le père de Lucky Luke. Il lui soumet même sept courtes histoires, dont cinq seront acceptées (et payées !) et trois verront le jour en albums chez Dargaud: La mine du chameau, Vas-y Rantanplan et Un Lapon au Canada. C'est précisément Le Bison Blanc, un des projets refusés par Morris à l'époque, qui serait à la base de l'inspiration de L'Artiste-peintre. Dom Domi affirme avoir retrouvé une vingtaine de similitudes troublantes avec le scénario original qu'il avait proposé en 1981. Dans son récit, Lucky Luke rencontrait notamment, lui aussi, le peintre Frederic Remington.

Pour l'anecdote, signalons que Morris a, quant à lui, intenté une action en justice contre les auteurs de la série Cotton Kid (Pearce et Léturgie), pour contrefaçon (!). Il juge, en effet, que cette série serait trop calquée sur l'univers du cow-boy solitaire. Quand on sait que Pearce (= Yann & Conrad) et Léturgie se sont fâchés avec Morris et ont abandonné la série Kid Lucky pour créer seuls Cotton Kid, on peut se demander s'il n'y pas du règlement de compte dans l'air...

Décidément, notre pauvre Morris n'a qu'un collaborateur sûr et fidèle: sa photocopieuse.

Marc Carlot

18/04/2001 - source: La Dernière Heure & BD Paradisio
 
Copyright © Auracan, 2001
Contact : info@auracan.com