www.auracan.com

Erik Arnoux, un auteur au pays des fées

Erik Arnoux (c) Nicolas Anspach & Auracan.com

Le scénariste de Sophaletta, Erik Arnoux, s'apprête à publier une nouvelle série, illustrée par Jean-Marie Michaud. La Dernière Fée du Pays d'Arvor narrera l'histoire d'une petite fille, née d'un adultère, dans un moyen âge réinventé. Des fées souhaitent communiquer avec elle, afin de lui apprendre qu'elle aussi fait partie du monde merveilleux. Seulement six mois séparent Folianne des onze ans, âge mythique où sa nature doit obligatoirement lui être révélée. A défaut, elle mourra ses onze ans révolus. La quête des émissaires des fées va être contrecarrée par une obscure puissance…

Le récit est prévu en trois albums. Le premier d'entre eux, Folianne paraîtra dans la collection Grafica en septembre prochain. Il sera suivi par Ombreux et Astrée. Chaque titre correspondant à un personnage important de la série.

Erik Arnoux souhaitait dessiner lui-même la Dernière Fée du Pays d'Arvor, mais fort pris par ses différentes collaborations, il a renoncé au bout de quelques planches. Les éditions Glénat lui ont alors proposé Michaud. "Lorsque j'ai vu les pages d'essais, confie Erik Arnoux, j'ai été emballé car ce dessinateur ressentait l'univers du récit. Son dessin, en couleurs directes, est beaucoup plus vivant que celui de ces précédentes séries (De profundis, le Principe de l'Enfer) … Une réussite !"

Cependant, le scénariste avoue avoir eu une certaine inquiétude lorsqu'il a commencé cette collaboration : " Lors de l'écriture du synopsis, j'imaginais que cette histoire serait dessinée dans un style proche des dessins animés de Walt Disney, ou même dans une griffe plus parodique, à la  Lanfeust de Troy. Michaud amène plutôt le récit vers un style réaliste, proche de Bourgeon. Mais je dois avouer que certaines planches sont tellement belles que cela me fait partiellement oublier mon idée initiale ".

Extrait de Folianne, le T1 de la Dernière Fée du Pays d'Arvor (c) Arnoux, Michaud & Glénat

 

Parallèlement à La Dernière Fée du Pays d'Arvor, Erik Arnoux continue ses différentes collaborations. L'auteur avoue avoir beaucoup d'espoir dans Witness 4 (chez Soleil) et plus particulièrement dans son dessinateur, Chrys Millien : " Nous travaillons d'une manière très proche. Je m'investis dans le story-board et nous dialoguons énormément. Les couleurs de Witness 4 sont intéressantes, car faites par le dessinateur lui-même. Chrys scanne ses planches et leur donne un petit supplément d'âme grâce à l'informatique, qu'il maitrise vraiment pas mal ".

Extrait de Folianne, le T1 de la Dernière Fée du Pays d'Arvor (c) Arnoux, Michaud & Glénat

Interrogé sur le contenu des remerciements du premier album, A cœur Perdu, l'auteur sourit : " J'ai remercié un certain Henri F. pour le 'ticket de sortie', tout simplement parce que Henri Filippini est mon directeur littéraire aux éditions Glénat et qu'au fil des ans, une véritable relation de confiance est née entre nous. Il n'est pas très branché science-fiction et m'a conseillé de proposer le projet ailleurs. Je connaissais depuis des années Mourad Boudjellal, le boss des éditions Soleil et le projet s'est naturellement fait chez eux ! ".

Le deuxième tome de cette série futuriste en six albums, l'Icône sans Mémoire, paraîtra à la fin du premier trimestre 2003. Le troisième pour Angoulême 2004.

L'auteur poursuit également sa collaboration avec Michel Pierret sur les Aigles Décapitées et a remit en question les fondement de la série : " Le précédent scénariste, Jean-Charles Kraehn, avait embarqué Hugues de Crozenc, à Nicosie pour combattre les infidèles. J'ai tenté de terminer cette histoire, au mieux. Mais je souhaitais rompre avec une certaine monotonie qui s'installait dans les Aigles ". Il est vrai qu'à la fin du quinzième album, Mahaut, Sire Hugues de Crozenc gît, agonisant au fond d'une crevasse. C'est osé de laisser le héros d'une série à succès pour mort et de passer le relais à d'autres personnages.

"Nous retrouverons les deux enfants de Hugues de Crozenc, confie Erik Arnoux. Je raconterai la haine qui anime les jeunes Sigwald et Mahaut, nés de deux mères différentes. Ils se battent, à leur manière, pour récupérer le fief de leur père. On pourrait rapprocher cette histoire des ambiances du film La Guerre des Boutons ".

Le scénariste nous apprend vouloir arrêter cette expérience après le dix-huitième album. " En accord avec les éditions Glénat, je souhaite laisser la série aux mains de Michel Pierret. Ce dernier signe le scénario d'une nouvelle série aux éditions Glénat (Hildagos, avec Marco Venanzi) et aura donc suffisamment d'expérience pour reprendre la destinée de nos personnages sans heurts ".

" Si on analyse les collaborations entre les différents auteurs des Aigles Décapitées, on se rend compte que l'on suit le principe des comics ou des feuilletons télévisés d'Hollywood, c'est-à-dire : des auteurs interchangeables. Chacun d'eux apportant le meilleur de lui-même dans l'univers de la série pendant un laps de temps (in)déterminé ", confie le scénariste. Depuis sa création, en 1985, trois scénaristes (Patrice Pellerin, Kraehn & Arnoux) et deux dessinateurs (Kraehn et Pierret) se sont succédés…

Extrait de Folianne, le T1 de la Dernière Fée du Pays d'Arvor (c) Arnoux, Michaud & Glénat

Le seizième album, La Guerre des Aigles, paraîtra en octobre. Arnoux, même s'il préfère écrire des histoires plus personnelles confie à propos de cette expérience : " Je suis heureux que Jean-Charles Kraehn et mon éditeur m'aient confié cette série. Je constate, lors de festivals, que beaucoup d'amateurs des Aigles sont étonnés de voir, des mois après la lecture des deux derniers albums, le changement de scénariste. C'est positif et démontre que je suis dans la lignée des récits de Jean-Charles".

Erik Arnoux avoue prendre conseils auprès d'une jeune historienne, Sophie Fougère, spécialiste du Médiéval, pour les Aigles Décapitées: Elle s'est investie dans la recherche documentaire, mais aussi dans l'écriture : "Sophie apporte beaucoup à la série, du fait de ses connaissances en Histoire, mais aussi grâce à sa sensibilité féminine. Il est donc évident qu'elle poursuivra avec moi l'écriture et les dialogues avant ma cession à Michel Pierret".

Extrait de Sophaletta T7 (c) Arnoux, Hé & Glénat

Le principe du co-scénario plairait-il au scénariste ? " J'ai mis en route une histoire se déroulant en Chine, dans les années 20, qui avait été bien accueillie par Henri Filippini. Le projet n'a pas encore aboutit pour différentes raisons, mais Sophie a fort envie de lui redonner une nouvelle vie, avec moi ! Nous recherchons un dessinateur (petite annonce gratuite) ! "

Autre création d'Erik Arnoux : Sophaletta. En pleine Russie des Tsars, Cette jeune femme issue de la noblesse, se bat pour se venger de ceux qui ont spolié son nom. Après avoir dessiné lui-même trois albums, l'auteur est littéralement enthousiasmé par la reprise graphique de Dominique Hé. " La série a pâti de mon manque de régularité lors des trois premiers albums. A présent, elle a acquit un nouveau souffle grâce à Dominique , qui donne beaucoup de lui-même, d'une part pour être le plus fidèle possible à mon style graphique, mais aussi pour retranscrire cet univers historique qui le passionne".

Le septième album conclura la deuxième époque de la vie de Sophaletta : "Les trois premiers albums se déroulaient en 1904, les trois suivants durant la révolution russe en 1917. Le septième album contera la prise du Palais d'Hiver en novembre 1917 ! ". Les éditions Glénat en profiteront alors pour publier l'entièreté de la série sous une nouvelle maquette et de nouvelles couvertures et relanceront l'ensemble avec une opération publicitaire à définir (sans doute le premier album offert avec le septième).

Lorsque l'on lui demande des nouvelles de Celadon Run, un thriller paraissant dans la collection Bulle Noire, Erik Arnoux se montre moins enthousiaste, mais néanmoins lucide : " La série n'a malheureusement pas eu beaucoup de chance. Trois dessinateurs différents pour trois albums, le lecteur ne s'y est pas retrouvé ! Et les ventes sont plus que moyennes. Heureusement, Alain Queireix travaille sur le tome 4 avec beaucoup de dynamisme. Peut-être allons nous vous enfin Tracy évoluer dans la bon sens (ventes ?), sinon j'arrêterai cette série sans remords. Alain et moi pourrions parfaitement faire autre chose, car il est diablement bon en dessin réaliste contemporain ".

Dessinateur de formation, Erik Arnoux a dessiné quatre albums de Timon des Blés et les trois premiers Sophaletta. Le dessinateur a-t-il définitivement abandonné son crayon ? " Pas du tout, dément Erik. Je m'investis énormément dans les histoires que je scénarise. J'établis un découpage dessiné, réalise certaines études personnages et corrige parfois les planches. La Dernière Fée du Pays d'Arvor était une série que je me destinais, mais aujourd'hui, j'ai plutôt envie de collaborer avec un scénariste, à mon tour. C'est paradoxal, mais j'ai besoin que quelqu'un écrive pour moi et apporte un autre regard exigent sur mon travail. "

Erik Arnoux en Solo dur la planche 4 du T1 de la Dernière Fée du Pays d'Arvor

D'ailleurs, il a travaillé pendant un temps sur un projet de reprise de Samba Bugatti, série de science-fiction crée par Dufaux et Griffo. "Malheureusement, Jean Dufaux a beaucoup de travail, soupire-t-il, et n'a jamais donné suite à ce projet, même si cela lui tenait très à cœur. Graphiquement, l'univers m'intéressait et j'aurais appris beaucoup en me collant au trait de Griffo, mais bon … J'ai aussi fait une page test pour la Ballade au Bout du Monde que je voulais dans l'esprit de Vicomte, mais Pierre Makyo avait déjà trouvé un repreneur".

Une actualité bien remplie, pour Erik Arnoux, ce qui ne l'empêche pas de nourrir d'autres projets : "Je travaille actuellement sur une histoire d'Héroïc-Fantasy avec un jeune auteur, issu des studios Disney de Montreuil (Gontrand Hoarau). Je suis épaté par son style graphique, qui est aussi abouti que ses 'collègues Disneyen', à savoir Keramidas (Luna, avec Crisse / Editions Soleil) et l'incontournable Guarnido, le dessinateur de Blacksad ! Reste qu'il est fort lent. ".

"Je réfléchis également à un polar futuriste, explique le scénariste, pour Gilles Formosa. Un ami commun me l'a présenté dernièrement et avons sympathisé. Ce n'est pas à proprement parler un petit nouveau dans le métier, vu qu'il avait signé Cargal (avec Pecqueur) au début des années quatre-vingt".

Tout un programme !

 

Découvrez en avant-première une planche du quatrième album de Celadon Run :

Céladon Run T4

Souligons également, qu'Erik Arnoux sera présent à la fête de la BD et du livre d'enfant à Andenne, ce 7 et 8 septembre.

Illustrations : © Arnoux, Michaud, et Glénat (sauf mention contraire).

31/08/2002 - source: auracan.com
Copyright © Auracan, 2002
Contact : info@auracan.com