www.auracan.com

A la rencontre de Jeanne Puchol

Jeanne Puchol (c) Editions de l'An 2

Connaissez-vous Jeanne Puchol ? Non. Vous le devriez. Discrète et malicieuse sous son inséparable béret, Jeanne Puchol est née en 1957. Après des études à l'école des Arts décoratifs, où elle étudia notamment la photographie, cette femme, à l'éternelle allure de jeune étudiante, publie en 1983 sa première bande dessinée : Ringard ! paraît aux éditions Futuropolis. Se spécialisant dans une bande dessinée adulte et intelligente, loin des stéréotypes du super héros accompagné d'une grognasse faire-valoir, elle multiplie albums et travaux d'illustrations. Cinq albums de bande dessinée paraissent ainsi chez Futuropolis dans les années 1980-1990.

En janvier 1985, plusieurs femmes dessinatrices remettent en question la presse BD de l'époque. Nicole Claveloux, Florence Cestac, Chantal Montellier et Jeanne Puchol cosignent Navrant, un manifeste publié dans Le Monde. Extrait : "Navrante, cette soi-disant nouvelle presse percluse des plus vieux et des plus crasseux fantasmes machos. Navrant, de voir la plupart des journaux de bandes dessinées emboîter le pas, prendre le chemin réducteur de l'accroche-cul et de l'attrape-con. De la 'porno à quatre mains', au 'strip-tease des copines', en passant par 'l'étude comparative des lolitas', 'le roi de la tripe', 'les nouveaux esclaves', les 'mange-merde', les talents se déploient, virils. (…) Parce que nous aimons certaines bandes dessinées, parce que nous souhaitons que les journaux soient au service des créateurs et pas des seuls marchands, parce que ces derniers réduisent chaque jour davantage la place accordée à la création au profit de l'uniformisation, nous avons voulu réagir."

Judette Camion - T2

Dessinatrice au trait sensible, Jeanne Puchol réalise également des illustrations pour des ouvrages de littérature, qu'ils appartiennent au domaine policier ou s'adressent à la jeunesse. Ainsi, nous lui devons les dessins accompagnant les polars Groom de Jim Thompson (1983) et Meurtres pour mémoire de Daeninckx (1991). Tout en travaillant dans le domaine du story-board, elle continue la bande dessinée à la fin des années 1990. En compagnie du scénariste Laurent F. Bollée, alors débutant, elle met en scène le Cabaret des espoirs de 1993 à 1995. Laissons à Bollée le soin de nous présenter cette histoire : "C'était un projet pour la défunte revue (A Suivre), et cela a marché puisque Jean-Paul Mougin, à l'époque son tout puissant directeur éditorial, l'a tout de suite accepté. Il s'agissait en fait de raconter le destin de sept personnages (six réels et un fictif) et de leur trouver un point commun, en l'occurrence un lieu par lequel ils seraient tous passés : un cabaret nommé Cabaret des Espoirs. J'étais associé à Jeanne Puchol, dont j'avais fait la connaissance via les deux Michel (Valdman et Durand), illustratrice de grand talent qui avait pour cette série donné naissance à un coup de crayon difficile mais que j'ai toujours considéré comme génial. Jeanne avait alors un style qui faisait très (A Suivre) : un noir et blanc assez avant-gardiste, post-Futuropolis. L'idée était à la fois pédagogique (raconter une histoire vraie et mieux connaître le personnage), littéraire et ludique : alliez-vous reconnaître celui qui était l'intrus ?... Mougin avait été séduit par le projet et avait publié très vite la première histoire : Poète Contumace (qui parle de Tristan Corbière, poète français mort en 1875). En revanche, même si nous avons fait très vite deux autres histoires, il a fallu attendre beaucoup plus longtemps pour les voir publiées : Fleur bleue (sur la chanteuse Fréhel) et Asile Vénitien (sur l'écrivain anglais Frederick Rolfe dit le Baron Corvo). A noter que la troisième histoire était en fait la seconde, mais Mougin m'avait dit que j'avais trahi la mémoire du Baron Corvo qui était l'un de ses écrivains préférés… voilà pourquoi sans doute il ne l'a publié qu'à la toute fin. Jeanne et moi avons réalisées ensemble 60 planches. La quatrième des sept histoires est entièrement écrite (elle parle de l'écrivain français Joë Bousquet) mais la fin d'(A Suivre) est passée par là... "

Toujours pour la maison Casterman, Jeanne Puchol s'associe à Anne Baraou. Ensemble, les deux femmes signent les deux volumes des amusantes aventures de Judette Camion (1998 et 1999). Si vous ne connaissez pas ce joyeux diptyque, découvrez les interrogations de cette jeune femme moderne. Ces deux albums s'avèrent un excellent remède pour lutter contre un certain machisme latent…

Haro sur la bouchère, tome 1, Editions de l'an 2

Collaborant parallèlement avec d'illustres maisons d'édition (Gallimard, Nathan, Milan, Syros) et de célèbres magazines pour la jeunesse (Je Bouquine, Je lis des histoires vraies), la dessinatrice signe en 2000 Chimère chez PLG, avant de rejoindre la nouvelle collection Traits féminins des non moins jeunes Editions de l'an 2 qu'a créé Thierry Groensteen. Le premier volet de Haro sur la bouchère ! vient de paraître. Tout au long des 48 pages de ce bel album en noir et blanc, Jeanne Puchol met en scène une histoire intelligente et surréaliste. L'héroïne, déguisée en homme, évolue dans l'Espagne du 16ème siècle, la grande époque de l'Inquisition, en compagnie d'une attachante créature chimérique douée de parole. Tout en mêlant décor historique et questions actuelles, Jeanne Puchol signe une très belle fable picaresque qui ne ressemble à rien de connu… tout comme cette femme, créatrice d'une œuvre sensible et intelligemment atypique.

Photographie de Jeanne Puchol © éditions de l'an 2
Remerciements à Laurent F. Bollée et à Thierry Groensteen.

Visitez le site des Editions de l'an 2 : www.editionsdelan2.com

7/7/2003 - source: auracan.com
Copyright Auracan, 2003
Contact : info@auracan.com