www.auracan.com

Angoulême vire les critiques BD !

Rien ne va plus entre l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bandes Dessinées) et les organisateurs du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. Jean-Marc Thévenet, directeur du célèbre festival, a décidé alléger la traditionnelle remise des prix du principal rendez-vous français des amateurs et professionnels du 9e Art. Déplorant la lenteur de cette cérémonie (heureusement dynamisée par l’excellente prestation de Philippe Geluck en janvier dernier), Thévenet a décidé d’écarter les prix non officiels du festival charentais. Extrait : « Je vous confirme que nous ne remettrons sur scène que les prix appartenant au palmarès officiel du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême et les prix partenaires officiels ». Les membres de l’ACBD, critiques professionnels et journalistes spécialisés en bande dessinée, ne pourront donc plus y remettre leur prestigieux Prix de la Critique.

Nous nous étonnons d’une telle décision : certains prix, comme le Prix Goscinny, restent programmés lors de la dite cérémonie. Ce ne sont pourtant pas des prix du festival. Certes, Jean-Marc Thévenet précise, dans son courrier aux responsables de l’ACBD, qu’il s’agit de « prix partenaires officiels ». Soit. Mais comment explique-t-il son choix de virer de la scène du théâtre d’Angoulême le Prix de la Critique ? Cette distinction, récompensant le meilleur album de BD paru dans l’année, est décernée par un jury professionnel de journalistes spécialisés. Précisons que cette association compte dans ses rangs, en plus de nombreux spécialistes, les meilleurs ambassadeurs du 9e Art dans les plus grands médias de la presse écrite, radiophonique et télévisuelle. Ce n’est pas ainsi que la bande dessinée gagnera la reconnaissance médiatique qu’elle mérite.


Philippe Geluck et Jean-Christophe Ogier (Président de l'ACBD) lors de la proclamation du Prix de la Critique en janvier 2003

Grand seigneur, Jean-Marc Thévenet (qui a, notons-le, pratiqué l’activité journalistique en tant qu’ancien rédacteur en chef du célèbre magazine « Pilote ») précise à l’ACBD rester à sa disposition « pour envisager une solution qui optimiserait au mieux le Prix de la Critique ». La formule est aimable, mais suffira-t-elle à persuader l’ACBD ? Nous pouvons en douter… Gilles Ratier, secrétaire général de l’association des critiques BD, a pris note de cette décision : « Le bureau a déjà réfléchi à diverses solutions alternatives… Il est en train de les peaufiner ». Jean-Christophe Ogier, membre de la rédaction en chef de France Info et président de l’ACBD, complète : « Si on n'intéresse plus Angoulême, on n'y annoncera peut-être plus notre prix ». Ce n’est pas le 9e Art, ni sa diffusion dans les médias français, belges et suisses, qui y gagnera.

NDLR : Marc Carlot et Brieg F. Haslé, respectivement rédacteur en chef et rédacteur en chef adjoint d’Auracan.com, sont membres de l’ACBD, et sont solidaires des décisions du bureau de la dite association.

Photo © Marc Carlot - AURACAN.COM
Illustration © ACBD 2003
Cet article est l’occasion de vous présenter en avant-première le nouveau logo de l’ACBD. Il est signé par un jeune et talentueux graphiste : Arnaud Chauvel. > http://www.arnaudchauvel.net

27/11/2003 - sources: ACBD & auracan.com
Copyright Auracan, 2003
Contact : info@auracan.com