www.auracan.com

2004 : le bilan BD

Comme chaque année, Gilles Ratier, secrétaire général de l'Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée, dresse le bilan de l'année écoulée. Voici les éléments principaux de son rapport annuel.

Cette année est placée sous le signe de la concentration.

Une production encore en augmentation

Le marché de la bande dessinée est toujours très porteur et on assiste une nouvelle fois à un accroissement du nombre de titres publiés. Une neuvième augmentation successive qui porte à 2120 le nombre de nouveautés de 2004. Soit près de 400 de plus qu'en 2003.

On remarque la forte poussée des BD asiatiques (754 albums) qui occupe plus du tiers (35,56%) des publications de l'année (contre 30,11% en 2003).

Le problème que génère l'augmentation des publications se situe au niveau des librairies spécialisées qui ont de plus en plus de mal à trouver une place pour mettre en vente les nouveautés. Certains libraires vont jusqu'à ne plus ouvrir certaines caisses qu'on leur livre. Le choix des albums mis en vente s'effectue alors sur la notoriété des auteurs ou de la série, ou sur coup de cœur.

Un nombre d'éditeurs en croissance

Ils étaient 183 l'année précédente, ils passent à 207. On assiste aussi à la formation de gros groupes d'éditions. La Martinière a racheté Le Seuil. Bayard s'est associé à Milan pour devenir le plus important éditeur pour enfants. Média Participations, qui détenait déjà les labels Dargaud, Lombard, Kana, Lucky Comics, Blake et Mortimer, Fleurus, Mango, a absorbé Dupuis. Devenant ainsi le plus gros groupe d'édition BD en francophonie, devant Glénat et Flammarion.

Des tirages spectaculaires

Titeuf est le poids lourd de 2004 avec un tirage de 2.000.000 d'albums pour Nadia se marie. Derrière, on trouve le Lucky Luke repris en main par Gerra et Achdé (650.000 ex.), la réédition remaniée de Tintin et l'Alph'Art (600.000), Largo Winch (530.000), Blake et Mortimer (520.000), XIII (450.000), Joe Bar Team (430.000), Cédric (320.000), Kid Paddle et Lanfeust des Etoiles (300.000), Thorgal (280.000), la reprise de Spirou par Morvan et Munuera (250.000)…

Titeuf (c) Zep, Glénat

Derrière ces grands classiques, on trouve quelques autres locomotives  : Peter Pan par Loisel, Les Tuniques bleues par Cauvin et Lambil (200.000 ex.), Trolls de Troy par Arleston et Mourier (170.000), Le cri du peuple par Tardi (160.000), Les Profs par Erroc et Pica, Caméra café de Van Linthout, Stibane et Didgé, deux titres de Tom-Tom et Nana par Cohen, Reberg et Desprès (140.000), Lady S. de Van Hamme et Aymond (130.000), Les annonces en BD de Fab et Aurel, L'élève Ducobu par Zidrou et Godi, Impondérables de Binet, Le Scorpion de Desberg et Marini, Marsupilami de Dugomier et Batem (110.000), Sillage de Morvan et Buchet, Lefranc de Martin et Carin (100.000), IR$ de Desberg et Vrancken (90.000), Les femmes en blanc de Cauvin et Bercovici, Alpha de Mythic et Jigounov (85.000), Les gendarmes de Sulpice, Cazenove et Jenfèvre, La caste des Méta-Barons de Jodorowsky et Giménez, le collectif Jean-Jacques Goldman, Inédits de Gotlib, Agrippine de Bretécher, A l'ombre des tous mortes de Spiegelman (80.000), L'agent 212 de Cauvin et Kox, La complainte des landes perdues de Dufaux et Delaby, Wayne Shelton de Cailleteau et Denayer, Léonard de Bob de Groot et Turk, Yakari de Job et Derib (75.000), Le combat ordinaire de Larcenet, Aquablue de Cailleteau, Vatine et Siro, Le chant des Stryges de Corbeyran et Guérineau, Les pompiers de Stédo et Cazenove, Légende de Swolfs, L'épée de cristal de Goupil, Kainzow, Boube et Crisse (70.000), Mélusine de Gilson et Clarke (68.000), Valérian de Christin et Mézières, I.N.R.I. de Convard, Falque et Wachs (65.000), Kenya de Rodolphe et Léo, Marlysa de Gaudin et Danard, UW1 de Bajram, Sanctuaire de Dorison et Bec, De cape et de crocs de Ayroles et Masbou, Les blagues de Toto de Coppée, La frontière invisible de Peeters et Schuiten, Natacha de Walthéry (60.000), Luuna de Crisse et Kéramidas, Les technopères de Jodorowsky et Janjetov, Garfield de Davis, Achille Talon de Brett, Herlé et Widenlocher, Face de lune de Jodorowsky et Boucq, Iznogoud de Tabary (50.000), Djinn de Dufaux et Mirallès, La vengeance du comte Skarbek de Sente et Rosinski, Où le regard ne porte pas de Abolin et Pont, Le photographe de Guibert et Lefèvre (45.000 ex.), Jérémiah de Hermann (44.000)…

Evidemment, ces chiffres ne correspondent pas aux ventes réelles, mais donne une tendance des potentiels de vente de ces albums.

Des auteurs plus nombreux

Le marché étant en expansion, l'intérêt pour ce métier croit également. Même s'il est difficile de vivre exclusivement de la bande dessinée quand on est débutant. Les auteurs de BD sont de plus en plus polyvalents et travaillent également pour d'autres média comme le dessin animé ou le jeu vidéo. On recensait quelque 1298 dessinateurs et scénaristes sur le territoire francophone européen en 2004.

Une source d'inspiration pour d'autres média

Les Dalton

L'année 2004 a confirmé tout l'intérêt que le cinéma portait au 9e Art. Même si les adaptations cinématographiques ( Blueberry, Immortel, L'enquête corse, Les Dalton…) restent souvent décevantes. D'autres projets sont en cours : Iznogoud, Bob et Bobette, Alix, Blake & Mortimer, Le démon de midi, Tanguy et Laverdure, Neige, Le triangle secret, Blacksad, Valérian, Titeuf, Rapaces, Thorgal, Bob Morane, La boîte noire, Rahan, Les Pieds Nickelés, Cru bourgeois, Gil St-André, Charly… sans oublier le Tintin par Spielberg !

La BD inspire également le dessin animé, le théâtre, la comédie musicale, les jeux vidéo… sans oublier la pub. On notera aussi l'apparition de plus en plus fréquente de novellisations de séries BD ( Titeuf , Cédric , Alix … et bientôt l'élève Ducobu ).

Une reconnaissance encore difficile

Si la BD est reconnue par son public, elle a encore beaucoup de mal à faire sa place dans les média généralistes, et à la télévision en particulier. On notera quand même l'apparition en ce début 2005 de la série documentaire Comix  dirigée par Benoît Peeters sur Arte. Comme quoi, il ne faut pas désespérer…

19/1/2005 - source: Gilles Ratier (ACBD)
Copyright © Auracan, 2005
Contact : info@auracan.com