Auracan » Indiscretions » Christian Marmonnier et les dessins de Goscinny

Christian Marmonnier et les dessins de Goscinny

Avec l’ouvrage René Goscinny, la première vie d’un scénariste de génie (La Martinière), Aymar du Chatenet et Christian Marmonnier se penchent avec passion sur le parcours de dessinateur du père d'Astérix. En effet, avant de devenir le génial scénariste que nous connaissons, René Goscinny souhaitait devenir dessinateur professionnel. C'est cette face cachée, très peu connue des amateurs et des hagiographes, que les auteurs de ce somptueux recueil de plus de 400 documents graphiques inédits nous permettent de découvrir. Après vous avoir présenté ce très bel ouvrage, nous avons souhaité en savoir plus en rencontrant l’un de ses auteurs, Christian Marmonnier. Voici ses réponses à nos questions…

Christian Marmonnier

Christian, qu'elle a été la genèse de ce René Goscinny, la première vie d’un scénariste de génie ?
L'idée de base provient d'un ancien article de Patrick Gaumer paru dans le Collectionneur de Bandes Dessinées. Constituant les archives de René Goscinny, Aymar du Chatenet a commencé à explorer cette facette méconnue du créateur, doux euphémisme, et a trouvé de multiples dessins. Lors de l'élaboration du Dictionnaire Goscinny en 2003, il m'en a parlé et j'ai été tout simplement épaté, sinon ébloui. Il y avait là sujet à un véritable livre qui permettait de montrer le long cheminement d'un humoriste, tâtonnant pour trouver sa voie, passant lentement de ses créations graphiques et textes amusants, à la constitution d'un univers solide que le maniement des bons mots rendra célèbre. De la même manière, l'éditeur (Hervé de la Martinière) a été séduit et un travail de recherche plus concret s'est ensuite mis en route pour constituer le chapitrage du livre. Et ce dernier suit simplement la chronologie de l'œuvre, des premières caricatures politiques croquées dans des carnets personnels aux indications que le scénariste laissait dans les marges de ses tapuscrits.

Avec ton co-auteur Aymar du Chatenet, comment avez-vous organisé la riche matière que vous avez découverte ?
Il a d'abord fallu établir un listage de toutes les œuvres et, à partir d'un premier catalogue raisonné, avancer sur les chapitrages. Cela dit, la chose fut aisée tant la logique de la chronologie nous montrait la voie à suivre. Par exemple, les caricatures politiques et guerrières racontaient une véritable histoire, synthèse par l'image de la Grande. Le travail le plus réjouissant pour ce qui me concerne fut celui de recherche. Arriver à dater des œuvres, les placer dans le fil du parcours de leur créateur, trouver la trace de chaînons manquants comme les publications précises des premières aventures de Dick Dicks dans le journal liégeois La Wallonie, bref de petits instants de bonheur. Quant au texte, il est le fruit d'une écriture à quatre mains dans laquelle nous avons laissé la part belle, et quoi de plus normal, aux propos de René Goscinny.

De quelle manière êtes-vous parvenu à établir une sélection parmi ces dessins que l'on soupçonne bien plus nombreux encore ?
Oui, les dessins sont beaucoup plus nombreux, et il en reste encore d'autres à retrouver. Mais le choix fut relativement simple : il y a d'abord eu notre sélection, faite en fonction du format du livre et de sa pagination, et puis une sélection naturelle déterminée par le sommaire. Pour en revenir à Dick Dicks, il était ainsi impossible dans cet ouvrage de publier l'intégralité des épisodes (environ 160 pages), il suffisait seulement d'en donner un avant-goût. Un jour peut-être, un complément exhaustif verra le jour, qui sait ?…

Nous vous le souhaitons !

Partager sur FacebookPartager
Brieg F. Haslé
Propos recueillis par Brieg Haslé en novembre 2005 .
Copyright © Brieg Haslé / Auracan.com 2005
Droits réservés. Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation préalable.
Photo Christian Marmonnier © Laurent Mélikian
15/12/2005 - source : auracan.com