Auracan » Indiscretions » La Légende du Chevalier errant

La Légende du Chevalier errant

 

Plus qu'une simple aventure moyenâgeuse, Légende est une histoire sur les travers des ambitions forcenées. Yves Swolfs y développe toute la maturité de son style graphique, mais également de son talent de conteur.

C'est une galerie de personnages parfaitement maîtrisée qui nous emporte dans une intrigue aux rouages multiples.

Au fil des albums, le mystérieux Shaggan place ses pions, notamment Eol, son fils : « Milos Shaggan est un être prêt à tout pour atteindre le pouvoir. Il n'hésite pas à utiliser les gens qui l'entourent pour arriver à ce but ultime. On a vu comment il manipule le Duc Mathias Le Sec. Son fils, né de son union avec Floriane, à présent épouse du Duc, est un simple instrument destiné à servir son ambition. Par cette soif de puissance, il tente d'oublier des humiliations et des revers subis depuis sa jeunesse. On découvrira plus tard qui est à l'origine de ce sentiment à la fois destructeur et admiratif. On comprendra qu'il veut surpasser ce Maître qui fut son modèle et qui le rejeta autrefois. »

Parallèlement, Tristan de Halsbourg se retrouve un peu malgré lui embarqué dans une vie qu'il n'a pas choisie : « La seule ambition de Tristan était de vivre libre. Même s'il éprouve une certaine curiosité pour le monde des hommes dans lequel il n'a pas été élevé. Les mystères qui entourent sa personne vont le pousser à intégrer un univers où il sera rattrapé par le destin auquel il aurait pu échapper. Dès lors, son entourage n'aura de cesse de lui imposer des charges et une lourde mission, celle de libérer le Duché de son usurpateur. Ce rôle est en profonde contradiction avec sa nature faite d'indépendance et d'aversion pour tout ce qui pourrait l'enchaîner. »

Un observateur particulier intervient également dans le récit sous forme de narrateur : « La religion joue aussi un rôle important dans l'histoire. Aelred De Hilseim, le moine conteur, apporte sa vision à travers les textes offs. Il est l'œil extérieur qui guette les personnages et les événements. Il confronte le lecteur à ses questionnements, et il lui délivre ses observations en lui offrant une seconde lecture. On verra bientôt qu'il joue un rôle prépondérant dans l'éducation de notre futur chevalier, pour lequel il sera son confident et son éducateur. Ce sera l'occasion d'aborder le thème de la religion et de ses excès, de faire la différence entre sectarisme et spiritualité. »

Même si quelques scènes oniriques viennent occasionnellement se mêler au récit, le ton de Légende se veut résolument réaliste : « La série est surtout une saga médiévale dont le cadre permet de décrire un climat plus axé sur le ”merveilleux” que sur le fantastique sombre que j'ai pu développer dans Le Prince de la Nuit . La confrontation du bien et du mal est bien entendu présente, mais alors que le vampire était l'incarnation du mal absolu et que la lutte se déroulait dans les tréfonds de l'âme d'un seul et même individu, Légende est plus axé sur les thèmes de l'ambition démesurée, la quête d'absolu, la recherche de spiritualité et, les conséquences liées à des éducations différentes. »

Partager sur FacebookPartager
Marc Carlot

Photo de Yves Swolfs © Marc Carlot

Illustrations extraites de Légendes - T3 © Swolfs, Soleil

25/03/2006 - source : auracan.com