Auracan » Indiscretions » Maingoval flingue à tout-va #3

Maingoval flingue à tout-va #3

« À quoi servent les journalistes BD ? »

Maingoval tire les ficelles...
Maingoval flingue vraiment à tout-va !... photo DR
Les élections présidentielles françaises et les nombreux sondages dont nous avons été abreuvés ces dernières semaines ont éclipsé un autre sondage tout aussi sérieux, révélant les trois principales motivations des journalistes spécialisés en bandes dessinées. En premier lieu, c’est bien évidemment le désir de recevoir gratuitement toutes les nouveautés BD, ce que l’on appelle dans le jargon, les « services presse ». Pour certains, c’est une manière de compléter leur bibliothèque à bon compte, pour d’autres d’avoir une réserve de cadeau à ne pas devoir payer, alors que quelques-uns arrondissent leurs fins de mois en les revendant, parfois avant leur sortie officielle, à des libraires de seconde main... qui bien souvent les revendent comme étant neufs !

La seconde motivation est de pouvoir approcher leurs auteurs préférés. Une bonne partie des journalistes BD, principalement ceux qui sévissent sur les sites internet, sont souvent des fans de bandes dessinées, des anciens collectionneurs de dédicaces, des accrocs des objets dérivés. C’est d’ailleurs un des plus grands désespoirs de l’auteur de BD moyen qui, ravi d’une longue interview d’un journaliste obscur encensant son travail, déprime lorsque l’entretien se termine par un « Tiens, vous ne voulez pas me faire un beau dessin sur votre bel album en souvenir de cette interview passionnante ? ». L’auteur un rien narcissique en vient à se poser des questions bien légitimes sur la motivation réelle de l’interview, qui bien souvent ne paraît jamais nulle part.

La troisième motivation est plus subtile : certains rêvent de travailler un jour dans le monde de l’édition, et pensent qu’en encensant sans retenue et sans discernement tout ce qui sort, s’attireront les bonnes grâces de patrons des grosses boîtes. Hélas, ce n’est qu’un leurre. Il vaut mieux être libraire pour devenir éditeur, que journaliste BD. Ce ne sont pas Yves Schlirf ou Reynold Leclercq qui me contrediront. C’est même plutôt l’inverse qui se produit : on connaît plus d’un éditeur ou d’un libraire, ou même combinant les deux activités, qui ayant fait faillite, se retrouve à écrire des critiques d’albums sur un site de bandes dessinées. Ou alors, au mieux, le scribouillard se retrouve éditeur chez Paquet.

À quoi servent donc les journalistes BD ? Bien sûr, il y en a certains qui comptent, qui ont un goût sûr et averti, qui savent séparer le bon grain de l’ivraie. On les trouve souvent dans la presse nationale et généraliste. Quel bonheur pour un auteur que de se voir encensé par l’un d’eux ! Mais aussi, et cela m’est arrivé plus d’une fois, quelle horreur lorsqu’ils n’ont pas aimé votre œuvre ! Il en faut des encouragements de l’entourage, des propos rassurants de son éditeur et de son attaché de presse, du soutien de ses amis pour affronter cette terrible épreuve. À moins que, plus détaché, on se dise, comme un mes éditeurs me l’a affirmé à plusieurs reprises, qu’on ne peut pas avoir à la fois le succès critique et les ventes ! Mais ce n’est qu’une faible consolation.

Non, moi ce qui me console, c’est que quoiqu’on en dise, ils ont vraiment une utilité. Il suffit simplement de connaître leurs goûts ! Ainsi, ma femme, et ces propos n’engagent évidemment qu’elle, se fie totalement à certains journalistes bien connus, tant pour la bande dessinée que le cinéma ou le roman. Par exemple, il suffit que l’un d’eux adore un livre pour qu’elle refuse obstinément de le lire, sachant par avance qu’elle va s’emmerder, alors que dès que le même va dire d’un autre opus qu’il est à éviter à tout prix, elle me demande sur le champ si je peux le lui acheter !

Bien évidemment, je tiens à préciser en toute bonne foi que mes amis du site Auracan ne sont en aucun cas visés par ces propos !

Partager sur FacebookPartager
Maingoval

NDLR : Les propos et les humeurs de Maingoval n'engagent bien évidemment que lui. La rédaction d'Auracan.com ne saurait en aucun cas être tenue responsable des avis formulés en cette rubrique.

Brieg F. Haslé, éditeur délégué d'Auracan.com
 
Dans la même série :
23/04/2012 - source : auracan.com