Auracan » Indiscretions » Fermeture de la Librairie Fantasmagories à Paris

Fermeture de la Librairie Fantasmagories à Paris

A Paris, en septembre 2011, sans crier gare, la librairie Boulevard des Bulles fermait boutique à la surprise générale. Depuis, de nombreux intervenants étaient devenus circonspects et prudents. Installée dans le Quartier vieillissant de l'Horloge près de Beaubourg, la librairie Fantasmagories connaissait des difficultés économiques évidentes. Quartier peu fréquenté, boutique exiguë, effectif abondant pour des plages d'ouverture élevées, concurrence très proche de la librairie Super Héros, mais encore réduction des concours bancaires et du crédit fournisseur.

FANTASMAGORIES


Les trois associés espéraient rattraper un premier semestre 2011 pendant les fêtes. Malheureusement les livraisons en retard et limitées des best-sellers par les diffuseurs n'ont pas permis de réussir totalement le pari. Depuis, la décision de vente avait été prise. L'activité était maintenue le temps de trouver un acquéreur. Finalement, la fin intervient donc en cette fin de premier semestre 2012.

ex-libris de Loustal, une spécialité de Fantasmagories


Les animateurs de la boutique ont laissé sur le site un message de regret à méditer par l'ensemble de la profession : « Nous remercions toutes celles et ceux qui nous auront soutenu depuis le début, la liste serait trop longue pour tous les citer, beaucoup se reconnaitront. Nous restons déçus de ne pas avoir vu « les autres », même une seule fois, ne serait-ce que pour découvrir la librairie, ou bien même, éventuellement, acheter un livre ! Oui, les livres s’achètent encore et surtout en librairie, sachez-le ! Même si l’offre est alléchante et la facilité déconcertante, Internet ne remplacera jamais le choix que vous avez dans une vraie librairie. Soyez-en conscient, car le paysage des commerces dit de proximité devient terriblement inquiétant, les enseignes s’uniformisent et la disparition des librairies est en marche…»

Ils mettent en cause le piratage, la concurrence des distributeurs par Internet, les grandes enseignes et les groupements de libraires. Il est vrai que chez Fantasmagories, les libraires savaient sélectionner les livres et les lisaient pour tenir leur rôle de conseil. Mais la motivation s'était émoussée ces dernières années devant l'explosion des titres et la transformation du métier tourner entre déballer les albums et remballer les invendus.

Effectivement, la profession regrettera le trio sympathique. Parallèlement, le groupement des libraires spécialisés de bandes dessinées se développe pour tenter de se défendre sur ce marché complexe.

Partager sur FacebookPartager
Manuel F. Picaud
02/07/2012 - source : auracan.com