www.auracan.com
 
 
 
Clifton - T14: Le clan Mc Gregor
Extrait de Clifton - T14: Le clan Mc Gregor
© Bédu, Le Lombard, 1991

Pourquoi avez-vous repris Clifton ?
C'est une idée qui a germé dans le cerveau de Jean-Luc Vernal, qui était rédacteur en chef de Tintin à l'époque. Il n'avait pas que des mauvaises idées, finalement ! (Rires). Quoique... Il imaginait que je pouvais reprendre Bernard Prince. (Rires). Avec lui, je pouvais tout reprendre. Il trouvait que j'avais tous les styles et tous les talents. Je me suis lancé dans cette aventure car j'avais l'impression de tourner en rond avec Hugo. Je me disais qu'une collaboration avec un scénariste m'apporterait quelque chose de neuf. J'appréciais le travail de Bob de Groot et je me suis laissé tenter.

Mais finalement vous avez entrepris d'assumer vous-même les scénarios de Clifton. Pourquoi ?
La collaboration avec Bob de Groot ne s'est pas déroulée aussi bien que je l'espérais. Le rythme de notre collaboration ne suivait pas. Clifton n'étant pas la série qui retenait le plus son intérêt, elle passait au second plan. De sorte que j'en arrivais à ne plus avoir de pages à dessiner. De plus, je n'aime pas jouer le moine copiste. Je suis parfaitement capable de lire un scénario. J'entends donc créer les personnages secondaires et le mettre en scène moi-même. Sinon, où est le plaisir du dessinateur ? C'est ce qui m'a poussé à écrire le scénario de cette série.

Comment vos scénarios ont-ils été perçus au Lombard ?
Le Lombard les a bien acceptés. Et le public aussi ! J'ai même reçu un prix du public pour le scénario du Clan Mc Gregor. C'était la première histoire de Clifton pour laquelle j'assurais à la fois le dessin et le scénario. C'était plutôt encourageant. Je m'attendais à recevoir peut-être un jour une statuette pour mon dessin et j'ai reçu un vase pour mon scénario. (Rires).

Maintenant que vous travaillez de nouveau avec un scénariste, ne vous arrive-t-il pas de souhaiter signer un scénario, éventuellement pour le faire dessiner par un autre dessinateur ?
J'ai bien une idée de scénario en tête, mais je ne sais pas encore comment l'exploiter. Mais rien ne presse. De toute façon, si j'entreprenais autre chose, il faudrait que je puisse assumer correctement les deux en parallèle. Il ne faudrait pas que je mette une série en retard parce que je travaille sur l'autre.
Parfois, je pense que je pourrais confier le dessin à un autre dessinateur. Mais j'ai un caractère de cochon… (Rires). C'est cela mon problème.

Comment écrivez-vous vos scénarios ?
Ma méthode de travail diffère en fonction de la série. Hugo était plus fantaisiste. Je travaillais plus en fonction de l'univers graphique. Je mettais en scène des personnages farfelus. Je réalisais des brouillons dessinés.
Pour Clifton, la démarche était différente. Comme il s'agissait d'une enquête, il fallait partir d'un point A et arriver à un point Z, en ayant tout expliqué. J'élaborais mon récit en partant de la fin pour rejoindre l'origine de l'intrigue. Tout en essayant de glisser quelques éléments pour surprendre le lecteur.
Si je devais à nouveau mettre sur pied une histoire, je mélangerais probablement les deux techniques de travail.

Clifton par Bédu
Clifton par Bédu
© Bédu, Le Lombard

Le fait d'avoir dessiné des univers aussi différents que Hugo ou Clifton, vous a permis d'avoir une vision assez large de vos capacités de dessinateur…
Absolument ! En dessin, je ne crains absolument rien mis à part les vélos. Il ne faut pas trop m'en mettre. (Rires). Maintenant, quand je veux dessiner quelque chose, j'arrive à le dessiner comme je l'imagine. Avant j'avais parfois du mal et je contournais le problème. Finalement ces deux expériences m'ont plu. Dans Hugo, je me suis imposé des décors très approfondis et avec de Groot, je devais suivre des idées précises. C'est une gymnastique intéressante et cela ouvre des horizons.

Bob de Groot étant dessinateur, impose sa vision. Alors que Raoul Cauvin ne va pas vous imposer un décor, une attitude, car il ne sait pas "dessiner"...
Oui. Bob m'imposait sa vision. Mais Raoul a des expressions dans ses scénarios qui sont très justes. Il m'est arrivé de ne pas savoir refaire une expression relevée, spontanée dessinée par Raoul. Il a des moments où je me pose des questions car il dessine parfois mieux que moi. (Rires).

 
 
Page précédente
1
2
3
4
Page suivante
 
Copyright Auracan, 2001
Tous droits réservés
Contact: info@auracan.com