Page d'accueil de auracan.com

Vers les travaux de quels dessinateurs vos regards se posent-ils ?
TdR - Pour les contemporains, dessinateurs de bandes dessinées, j'aime, pêle-mêle : Michetz, Otomo, Springer, Adam Hughes, TaDuc, et messieurs Moebius, Cosey et Boucq… mais aussi Fegredo, Parel, Emmanuel Guibert… Le dernier en date est Alex Maleev. Mais il ne faut pas oublier de regarder aussi du côté des classiques, peintres, sculpteurs, affichistes... En bref, il y a partout des gens extrêmement talentueux, et des leçons à prendre !
NT - En règle générale, quelques-unes de mes "influences" pour la couleur viennent de Cosey, Yslaire, Jacamon, Loisel, Mignola, les peintres symbolistes et, plus particulièrement pour Bluehope, les orientalistes, les paysagistes américains tels que Thomas Cole ou Frederic Edwin Church. Je visualise aussi beaucoup de dessins animés comme Le Prince d'Égypte, Le Bossu de Notre Dame, les films de Myasaki, bien utiles lorsque je suis en panne d'inspiration pour une ambiance.

En ce qui concerne les navires, la documentation est-elle primordiale, ou s'agit-il de recréations à partir d'exemples concrets ?
TdR - Primordiale ! Même si les navires de Bluehope vont parfois sembler irréels. J'ai tendance à avoir le scepticisme obstiné. Je veux qu'on puisse croire à nos navires, je veux qu'ils puissent fonctionner, au moins en apparence. Si je n'y crois pas moi-même, comment le lecteur pourrait-il y croire ? Je me documente au mieux, et j'essaie de comprendre comment ça marche, pour ne pas commettre d'erreur fondamentale. Alors bien sûr, les spécialistes des navires du 19ème seront outrés des libertés que nous avons prises, ou des incohérences techniques et historiques… je serai parfois d'accord avec eux. Mais j'ai fait au mieux de mes capacités de compréhension et d'imagination pour que ça puisse marcher. Quant aux navires "normaux", ceux qui sont contemporains de notre récit, à peu prêt tous ceux que nous avons vus jusqu'à présent, ils sont extrapolés de plans détaillés, et, autant que je puisse en juger, correspondent à la réalité. Mais comme je l'ai déjà dit, je ne suis pas un spécialiste, juste un passionné.
NT - Je ne dirais qu'une chose : merci aux peintres de la marine.

Nadine, comment abordez-vous la mise en couleur des planches dessinées par Thibaud ?
NT - Tout d'abord en en discutant avec lui. Dès que j'attaque une séquence, je lui demande s'il a des recommandations particulières, et puis bien sûr quel type de lumière, quel moment de la journée dois-je évoquer, quel sentiment doit se dégager de la scène... mais en règle générale, je suis assez libre d'apporter au dessin mon propre regard sur l'histoire. Ensuite, je recherche des inspirations visuelles (photos, peinture, ambiances que j'affectionne...) lorsque Thibaud ne m'en fournit pas, pour me guider. Encore une fois, j'adore me documenter sur l'architecture, la mode, les petits objets usuels, le quotidien de l'époque. Puis je me jette à l'eau, en sachant que j'aurais des retours de Thibaud. Parfois, j'ai des retouches à effectuer lorsque, par exemple, j'ai mal interprété son dessin ou que j'ai mal retranscris ce qu'il imaginait. Alors on réajuste jusqu'à ce que tout le monde soit satisfait.

Bluehope - T2

Que recherchez-vous avec cette série, et que nous promettez-vous pour le second tome ?
SM -
Houla ! Vaste question ! Disons que l'on cherche avant tout à faire de notre mieux... C'est notre première série, et nous espérons de tout coeur que les lecteurs prendront plaisir à sa lecture ! En tout cas, je m'amuse beaucoup à développer cette intrigue à la façon d'un puzzle. Il y a très peu de choses "gratuites", notamment dans les dialogues. Certains petits détails du tome 1, par exemple, ne prendront tout leur sens que dans le tome 4. Mais le tome 2 réserve déjà pas mal de surprises et de révélations : l'identité de Monsieur Bluehope y est même dévoilée ! De nouveaux personnages entrent en scène, et les relations entre nos deux héros deviennent plus complexes. L'enquête d'Antoine Badden avance de manière substantielle, même si ce qu'il va découvrir sera loin de faire plaisir à April Windowill... Rendez-vous en juin pour la sortie du tome 2 !
TdR - Je crois que nous cherchons à raconter le mieux possible, le plus honnêtement aussi, cette histoire. Ce qui veut dire éviter de faire mariner le lecteur en faisant traîner inutilement le suspens, mais plutôt en construisant une intrigue à tiroirs : la réponse à une question entraîne d'autres questions, dont les réponses entraîneront d'autres questions. Ne pas sacrifier la densité de l'album, au profit de choses inutilement spectaculaires, rechercher le plus de justesse possible, et rendre mes personnages les plus expressifs possible pour servir au mieux l'intrigue et les sentiments que Serge veut faire passer. Ce qu'on peut vous promettre pour le tome 2, c'est une histoire qui avance vraiment, une ville d'Hampletown qui dévoile un peu plus son ambiance cosmopolite… un peu de Myazaki, un soupçon de Jules Verne, et surtout des réponses, et de nouvelles questions !

Interview réalisée par Brieg F. Haslé, en mars 2003
Copyright © Auracan, 2003
Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation préalable

Illustrations :
Bleuhope © Meirinho, de Rochebrune, Glénat
Photo des auteurs © Muriel, site officiel Bluehope

Pour en savoir plus:

Bluehope - T1
Copyright Auracan, 2003
Contact : info@auracan.com