Page d'accueil de auracan.com

A l’occasion de la parution des Démons de Marie, nous vous proposons une petite rencontre avec Michaël Le Galli, le scénariste de ce nouveau diptyque réalisé en couleurs directes…

Michaël, comment présenterais-tu ta nouvelle série, Les Démons de Marie ?
A la fin du dix-neuvième siècle un jeune et brillant aliéniste présente à ses pairs de l’Académie un projet novateur, une expérience « grandeur nature ». Il s’agit d’installer sur une île déserte une vingtaine de fous dans l’objectif de revenir vingt ans plus tard dresser un bilan… Placés sous la responsabilité d’un ancien officier de police, Clément Landelle, et d’un père jésuite, le Père Anselme, les aliénés vivent au rythme de l’autarcie insulaire. Intitulé « L’Expérience du professeur Mesmer », le premier tome de cette histoire débute alors que le fameux aliéniste accoste sur l’île sous les yeux ébahis de Marie, la narratrice, née sur l’île dans des circonstances dramatiques. L’arrivée du professeur va bouleverser le fragile équilibre instauré sur l’île par le Père Anselme depuis la mystérieuse disparition de Clément, l’ancien officier de police.

Comment est née cette idée ?
Cette histoire est d’abord née de réminiscences : à l’origine j’avais en tête des « images » obsédantes, des souvenirs confus mais marquants du feuilleton L’île aux trente cercueils (avec Claude Jade, réalisé par Marcel Cravenne d’après le livre de Maurice Leblanc) d’une part et de L’île du docteur Moreau d’H.G. Wells d’autre part… Rapidement l’idée d’installer des fous sur une île pour faire une expérience a fait son chemin : la notion de folie me fascine et la lecture de L’Histoire de la folie à l’âge classique de Foucault m’avait conforté dans l’idée que les malades mentaux ont longtemps subi bons nombres de maltraitances et autres sévices pour toute thérapie… Restait à trouver Le point de vue et quel meilleur point de vue que celui de l’enfant ? Voilà, les éléments étaient en place, l’histoire pouvait commencer…

Avec qui réalises-tu cet album ?
Cet album est dessiné et superbement mis en couleurs (directes s’il vous plait !) par Marie Jaffredo.

Qui est-ce ?
A l'origine, Marie Jaffredo est architecte-urbaniste. Après un passage par le fanzinat (Bol d’encre), ses premières planches paraissent aux éditions Petit à Petit dans le cadre du collectif Piaf. C’est à ce moment-là que tout commence pour nous puisque j’adapte pour Marie « Mon Légionnaire ». Très vite, l’envie de poursuivre notre collaboration sur une œuvre plus personnelle et ambitieuse s’est imposée. Nous nous rencontrons pour la première fois au festival Quai des Bulles de Saint-malo et mon histoire de fous rencontre son univers personnel : le projet se met naturellement en place.

Combien d'albums de prévus ?
Deux tomes…

Pourquoi éditer Les Démons de Marie chez Carabas ?
Nous étions en discussion avec plusieurs éditeurs mais l’enthousiasme de Jérôme Martineau des éditions Carabas a été crucial, c’est ce qui a fait pencher la balance… C’est important de sentir qu’un éditeur croit en ce que vous faites…

Que nous promets-tu avec Les Démons de Marie ?
Rien. Je ne promets rien ! J’espère simplement que tous ceux qui liront Les Démons de Marie connaîtront quelques belles émotions à la lecture de ces deux albums.

A ton avis, quelle est la principale originalité de ce premier tome ?
Je ne crois pas qu’on puisse parler d’originalité… mais le fait de suivre le fil de l’histoire à travers le regard enfantin de Marie amène une vision originale de cette « île de fous »…

Et pour ce qui est du reste de ton actualité…
Le tome 2 des Cercles d’Akamoth (Delcourt) doit sortir en août prochain, pour le reste rien de signé mais des projets qui se mettent en place et d’autres qui s’arrêtent faute d‘éditeur ou de collaborateur…

Propos recueillis par Brieg F. Haslé, en mai 2004
Copyright © Auracan.com, 2004
Illustrations : © Jaffredo, Le Galli, Carabas 2004
Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation préalable

Du même auteur :

A découvrir également:

Copyright Auracan, 2004
Contact : info@auracan.com