Page d'accueil de auracan.com

Daniel Picouly et Jürg. Photo (c) Nicolas Anspach & Auracan.com

Tête de Nègre, l'adaptation du roman éponyme de Daniel Picouly est parue en septembre aux Editions Emmanuel Proust. L'écrivain a signé lui-même cette transposition, en compagnie du jeune dessinateur Jürg. Auracan.com a rencontré ces deux auteurs...

Tête de Nègre, T1 - Extrait de la planche 14

Daniel Picouly, pourquoi avez-vous accepté la proposition d'Emmanuel Proust d'adapter un de vos romans en bande dessinée ?
Daniel Picouly : Emmanuel est un jeune éditeur, rempli d'enthousiasme et de courage. Il m'avait déjà approché lorsqu'il travaillait pour Le Masque. Les critiques disent volontiers que mon écriture est imagée. La proposition d'Emmanuel était donc l'occasion de mettre des images sur mes textes. Et puis, comme beaucoup de romancier, je travaille seul, et me demandais donc ce que pouvais m'apporter une collaboration avec une tierce personne. J'ai aujourd'hui des éléments de réponses…
J'avais également été sensibilisé au monde de la bande dessinée, puisque j'ai été membre du jury du Festival d'Angoulême. J'y avais découvert un formidable moyen d'expression et des illustrateurs hors pairs. J'avais reçu quelques 176 albums pour l'occasion. Cela m'a d'ailleurs valu les foudres de ma concierge. A l'époque, j'habitais au sixième étage d'un immeuble (rires). Mais ce n'est pas bien grave !

Vous auriez pu travailler pour le cinéma, pour combler votre solitude …
DP : Je collabore épisodiquement avec ce milieu. Mais ce sont des projets à très long terme, et qui bien souvent n'aboutissent pas. La bande dessinée offre l'avantage d'avoir rapidement la traduction matérielle de son travail.

Tête de Nègre, T1 - Extrait de la planche 14

N'avez-vous pas eu trop de difficulté à apprendre le langage narratif propre à la BD ?
DP : Je suis toujours en formation. C'est un moyen d'expression qui a ces propres codes. J'apprend d'une manière pragmatique et essaie de peaufiner ma technique…

Pourriez-vous résumer la trame de Tête de Nègre ?
DP : Au cœur de la Révolution, deux blacks, sont chargés par une famille aristocrate de retrouver une tête de nègre, guillotinée. Il s'agit d'un polar sur fond historique, avec un peu d'humour. Nous y avons inclus quelques anachronismes qui nous permettent d'éviter de tomber dans une reconstitution historique. Mais après tout, Hermann dans Comanche a bien dessiné un japonais avec un appareil photo moderne.

Jürg, comment êtes vous entré dans le giron de votre éditeur ?
Jürg : Emmanuel avait remarqué différents petits livres que j'éditais, avec des amis, sous le label Hécatombes. Il s'agissait de bandes dessinées indépendantes. Nous ne pensions même pas à les présenter aux grands éditeurs. Emmanuel Proust m'a proposé d'adapter un roman de Jean-Bernard Pouy, A L'ombre des Etoiles, pour les Editions du Masque. Quelques mois plus tard, il a décidé de fonder sa propre maison d'édition. Il avait lu Tête de Nègre et voulait en faire l'adaptation. J'ai toujours pensé que c'était un art difficile d'adapter un roman, car ceux-ci ont souvent un côté trop littéraire. Mais j'ai remarqué que le livre de Daniel Picouly était facilement transposable en bande dessinée. Il contenait peu de texte off et le lecteur suivait les personnages, selon leurs pérégrinations.

Tête de Nègre, T1 - Extrait de la planche 14

N'est-ce pas trop difficile de travailler avec un écrivain ?
J : Pas du tout. Je suis assez libre. J'ai réalisé l'adaptation du premier album, c'est à dire le découpage en séquence et en planche. Puis, j'ai proposé mon travail à Daniel. Celui-ci m'a donné son avis et avons adapté ensemble certaines scènes.

Et le prochain album ?
DP : Les deux prochains titres constitueront une histoire inédite. Nous réalisons actuellement le découpage des séquences ensemble…

Tête de Nègre, T1 - Extrait de la planche 14

N'avez-vous pas l'impression d'être prisonnier du genre ? Une scène d'émotion peut être développée en une trentaine de page dans un roman. Par contre, elle ne fera pas plus d'une page en BD ?
DP : La concision et l'ellipse sont également des techniques narratives. La longueur de la scène n'a pas d'importance, mais plutôt l'émotion que l'on arrive à y inclure, que ce soit par le texte ou l'image. Certaines sont plus percutantes dans une BD que si elles étaient transposées en dix pages d'un roman

Vous êtes un scénariste multimédia : roman, bande dessinée et scénario de film. Lorsque vous avez une idée, savez-vous dans quel genre vous allez l'adapter ?
DP : Oui. Mais si je n'ai pas le temps de les traiter en roman, je les destine à un autre genre. Ecrire un roman constitue presque neuf mois de travail en continu. C'est du temps malheureusement incompressible ! Pourtant, il faut que les idées soient exploitées sinon elles m'engorgent ! Ecrire une bande dessinée ou un scénario de film prend beaucoup moins de temps.

Avez-vous d'autres projets de bandes dessinées ?
DP : Je prépare un album avec Munoz qui sortira chez Casterman, à l'occasion du festival d'Angoulême. L'histoire narrera l'histoire d'un politicien de haut niveau. L'homme devait être premier ministre et va être rattrapé par son passé de banlieusard.

Munoz est un dessinateur d'ambiance, à l'instar de Jürg…
J : J'aime jouer sur les noirs, pour faire passer plus d'émotion. Il faut parfois savoir tricher sur une perspective, sur un mouvement ou sur anatomie pour se mettre au service de l'histoire.

D'autres projets ?
DP : Je réfléchi également à un projet de série. Il s'agira d'un récit basé sur ce que j'appelle de la science-fiction au quotidien. C'est dans la vie de tous les jours que l'on trouve parfois les choses les plus étranges. Mais il est un peu tôt pour en dire plus. La BD va donc faire partie ma vie pendant un bout de temps (rires). J'écris également un roman qui se déroule en 1799. Une fresque qui ferra office de suite à un de mes autres livres, L'enfant Léopard.


Propos recueillis par Nicolas Anspach en Septembre 2002
© Auracan.com 2002

Remerciements à Emmanuel Proust et aux auteurs

© Picouly, Jürg & Emmanuel Proust

Egalement sur le site :

Tête de Nègre - Livre 1

 

Copyright © Auracan, 2002
Contact : info@auracan.com