Page d'accueil de auracan.com

Grzegorz Rosinski

Lors de l'exposition rétrospective de son œuvre dans une salle de l'hôtel de ville d'Angoulême, le créateur graphique de Thorgal, Hans, Sioban et des one shots, "Le Grand Pouvoir du Chninkel" et "Western" s'est confié aux représentants du dieu Auracan. Grzegorz Rosinski nous a expliqué les raisons de son évolution graphique et picturale.
Nous en avons aussi profité pour en savoir plus sur la reprise de Thorgal par un autre scénariste, ainsi que sur son travail actuel...

Thorgal

Il y a quelques mois Jean Van Hamme annonçait à la presse son souhait d'arrêter de scénariser ses séries dans les cinq ans. Comment avez-vous pris cette nouvelle ?
J'étais un peu vexé car il ne m'avait pas consulté. Je lui ai téléphoné et il s'est excusé. Il en est arrivé là car il était un peu coincé par les journalistes. C'est devenu par la suite un petit scandale. Jean est un très bon ami et, en 25 ans de collaboration, nous ne nous sommes jamais disputés. Donc, je ne lui en veux pas.

Avez-vous planifié la reprise de Thorgal par un autre scénariste ?
Nous avons encore quelques années devant nous. Notre collaboration n'est pas encore finie ! Elle se poursuivra au moins jusqu'au trentième album.

Quelqu'un comme Jean Dufaux pourrait reprendre le flambeau. L'univers de La Complainte des Landes Perdues n'est pas très éloigné de Thorgal...
Jean Dufaux est déjà trop occupé par ses propres séries. Mais j'ai reçu beaucoup de propositions de scénaristes hyper-connus, parmi les meilleurs. Nous n'avons actuellement fait aucun choix.

Si un nouveau scénariste reprenait Thorgal après Van Hamme, pourriez-vous avoir la même complicité avec lui ? Cette série est une création commune, c'est quelque chose d'assez personnel...
Mais rien ne dit que ce serait moi qui continuerait à la dessiner ! De mon côté, j'ai des tas de projets que je souhaiterais voir aboutir.
Lorsque, comme un apprenti sorcier, on déclenche ce phénomène de série à succès sur une très longue durée, avec des millions de lecteurs, il faut assumer cette responsabilité. Même si je n'en ai pas discuté avec Jean, je pense qu'il est du même avis : on n'est plus vraiment propriétaire de la série, c'est le public qui décide. C'est lui qui en fin de compte approuve une reprise ou pas. Il y a une convention entre Jean et moi : au cas où un de nous se retire ou tout simplement disparaît, l'autre peut choisir un autre collaborateur. Certains auteurs ont une comportement égoïste, que je n'approuve pas, en disant : "Après moi, il n'y a plus rien, il ne faut rien changer, pas toucher à mon personnage." Et quand ils décèdent, les ayants droits essaient de réanimer le truc, tout en protégeant l'image et le souhait du créateur. Et on réchauffe les vieux plats pendant des années.

Aaricia

Tiens, ça nous rappelle quelque chose...
Je ne cite personne. Vous interprétez comme vous voulez.
Je ne suis pas d'accord avec cette attitude, car en tant qu'auteurs, nous sommes au service du public. D'un point de vue moral, je n'ai pas le droit de le priver de ce qu'il aime. Légalement, je peux bien sûr m'y opposer. Mais où est la moralité dans tout cela ? Il n'y en a pas ! Jean (Van Hamme) a des principes moraux très forts, et il se rend très bien compte du rôle de l'auteur, du créateur et de l'artiste. Cela nous évite de nous poser les questions existentielles comme : "Qui suis-je ? Où vais-je ?". Car on sait parfaitement quel est le sens de notre vie : c'est tout le plaisir que nous pouvons partager avec le public.

Avez-vous déjà pensé à un successeur qui perpétuerait votre travail ?
Quelqu'un a dit que nous ne sommes pas immortels, mais cela ne me concerne pas ! (Rires). Un successeur ? Non, je n'en ai aucune idée. Il me faut encore en trouver un. Kas est probablement le dessinateur qui est le plus proche de moi. Nous avons la même sensibilité, la même tradition et la même culture. Je suis comblé de l'avoir trouvé pour reprendre Hans. Il a un style très lisible. Il a su s'approprier le trait réaliste de la série. Ce qui est beaucoup plus difficile que pour des séries humoristiques comme les Schtroumpfs ou Mickey. Il me faudrait un auteur comme Kas pour prendre ma succession. Mais bon, je suis encore bien vivant !

Copyright Auracan, 2003
Contact : info@auracan.com