www.auracan.com
 
 
 

ChinamanCette rencontre avec Le Tendre vous a ensuite permis de concrétiser une vieille envie…
Après les trois tomes de Takuan, série que j'appréciais mais que je n'avais pas créé, nous avons lancé Chinaman, qui fait réellement mon bonheur. Il s'agit d'un projet que j'avais dans mes cartons depuis déjà quelques années et que je voulais initialement monter avec ma femme Chantal. Mais mes relations avec Serge était si agréables que je me suis fait un devoir de lui proposer de continuer à travailler ensemble. Ainsi, nous avons réécrit à trois la série et il en assure toute la mise en forme. C'est lui qui agence les différentes séquences, écrit les dialogues… en résumé, il apporte la vie à l'histoire.

Sans lui, votre projet aurait-il pris une forme différente ? A-t-il apporté des idées auxquelles vous n'aviez pas pensé ?
C'est certain qu'il a énormément apporté. Et c'était le but de la manœuvre. On était parti du postulat qu'on remettait tout à plat, et qu'on réécrivait tout à trois, d'où de nombreux changements au final.

Serge et vous vivez éloignés géographiquement. Comment faites-vous pour élaborer vos histoires ?
Quand vient le moment de réfléchir à l'album suivant, nous nous réunissons tous autour d'une table, et c'est l'occasion pour nous de passer quelques jours ensemble en toute amitié à "rêver" l'histoire suivante. C'est très enthousiasmant et dans le même temps très épuisant, car cela demande de l'énergie et un minimum de concentration. Pour le suivi de l'histoire, la collaboration reste possible grâce au téléphone et surtout au fax, grande invention, qui est maintenant en passe d'être détrônée par le courrier électronique, très pratique dans ce métier.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas votre héros, comment le présenteriez-vous ?
Chen est d'origine chinoise et quand il débarque à San Francisco dans les années 1850, il est au service, en tant qu'homme de main chargé des basses œuvres, d'un membre très influent des triades de Canton. Pour diverses raisons, il coupera volontairement les liens qui l'unissent à son maître et se retrouvera seul, sur ce nouveau continent, à la lisière entre deux cultures, celle des blancs et celle de ses anciens frères. Ce sont ses pérégrinations que l'on va suivre au fil des albums.

Les Frères Yagger

La tradition du western, que ce soit au cinéma ou en bande dessinée, donne toujours les mêmes rôles aux Chinois : restaurateurs, blanchisseurs, ouvriers du chemins de fer parfois… Avez-vous cherché à casser ce stéréotype ?
En fait, j'avais envie de faire découvrir au public, qui l'ignorait, l'existence à cette époque de Chinois aux Etats Unis, en dehors des traditionnels cow-boys et indiens, mais également leurs activités et conditions de vie. Mais ce n'est en aucun cas un cours d'histoire mais plutôt un hommage à tous ces émigrants qui venaient de l'autre bout du monde.

Etant vous-même d'origine asiatique, quels messages cherchez-vous à faire passer avec cette série ?
Je n'ai pas de message, je me fais simplement plaisir en racontant des histoires que j'aurais aimé lire en tant que lecteur. Cette série me permet de renouer avec mes racines même si je ne suis pas d'origine chinoise mais vietnamienne, mais vu d'ici ces deux pays sont très proches. Et puis, d'après ce qu'en m'a dit mon père, notre nom de famille a des origines chinoises… il faut dire que les invasions ont été nombreuses.

Ada WatersDu fait même du personnage principal, il y a une grande place donnée aux arts martiaux dans les scènes d'action. Envie ou contrainte ?…
Cette série part principalement de mon envie de raconter un western, mon genre préféré quand j'étais tout jeune garçon, et d'y mêler une orientation asiatique comme expliqué précédemment. C'est un aspect de la culture asiatique que j'ai toujours adoré, ayant moi-même pratiqué des arts martiaux bien plus jeune et étant également grand amateur de films d'action en provenance presque essentiellement de Hong Kong. J'ai d'ailleurs dédié le premier album de Chinaman à deux cinéastes dont j'apprécie le travail : Tsui Hark qui est à l'origine des Histoires de fantômes chinois et de Il était une fois en Chine, et Chang Cheh, un cinéaste dont le plus gros de la production remonte aux années 60-70, et qui racontait des histoires admirablement tragiques, riches de sentiments d'honneur et d'esprit chevaleresque, à la mode chinoise bien sûr !

 
 
Page précédente
1
2
3
Page suivante
 
Copyright Auracan, 2001
Tous droits réservés
Contact: info@auracan.com