Auracan » chroniques » Wollodrïn - Tome 1 : Le Matin des cendres
Wollodrïn  - Tome 1 : Le Matin des cendres, par David Chauvel, Jérôme Lereculey, collection Terres de légendes (Delcourt)

Wollodrïn

Tome 1 : Le Matin des cendres

Scénario : David Chauvel
Dessins : Jérôme Lereculey
Couleurs : Christophe Araldi et Xavier Basset

Delcourt, collection Terres de légendes

Quête de sang

Prenez une troupe d'aventuriers, confiez leur une mission secrète en leur promettant une récompense puis envoyez les combattre des hordes de féroces créatures dans des décors grandioses. Versez quelques hectolitres de sang et un soupçon de trahison. Mélangez le tout et vous obtiendrez la célèbre recette de l'Heroic Fantasy à l'efficacité maintes fois éprouvée depuis Tolkien. Sans révolutionner le genre, Jérôme Lereculey au dessin et David Chauvel au scénario s'en sortent haut la main dans ce premier épisode d'un diptyque paraissant chez Delcourt et qui enchantera les fanatiques du genre.

Sans aucun lien entre eux mais enfermés dans la même cellule, six aventuriers condamnés à mort attendent leur exécution imminente. Arrive opportunément leur sauveur sous les traits de Gast Dila Regoniem. En échange de leur liberté, il leur propose de partir pour une mission inconnue. Sans discuter, la troupe de mercenaires s'évade. Une fois hors de danger, Regoniem révèle la nature de leur quête : libérer l'héritière d'une des douze familles du Royaume. Les ravisseurs appartenant à une tribu d'Orcs venant de déterrer la hache de guerre, les périls à venir vont vite faire regretter les geôles de Marmaëkard. Embûches et combats s'enchaînent alors à un rythme soutenu alors que dans l'ombre, certains membres de la troupe semblent cacher à leurs compagnons de route le véritable but de leur périple...

Respectant à la lettre les codes du genre
, Chauvet et Lecureley nous catapultent dans les majestueux paysages de leurs contrées oubliées. Soutenu par une mise en couleur soignée par Christophe Araldi et Xavier Basset, le dessin s'accorde parfaitement à l'esprit du scénario. Les cadrages et le découpage sophistiqués apportent dynamisme et réalisme aux scènes d'action. On appréciera également la psychologie des protagonistes, moins manichéenne qu'à l'habitude. Evitant un scénario simpliste et un humour bas de gamme si souvent fatals aux productions du genre, cette première moitié d'épopée remplit d'espoir pour la suite. Souhaitons que le second volet répondra aux attentes suscitées.

L’album à réserver à un public averti et amateur de la belle ouvrage
comblera les nains à longue barbe, les adorateurs de la Lune Noire et tous les habitants des Terres du Milieu prêts à partir vers de nouvelles aventures.

Partager sur FacebookPartager
Julien Jean-Pierre

Exposition-vente Wollodrïn du 24 mars au 14 avril 2011 à la Galerie Napoléon - 23 rue Charles V - 75004 Paris

Aussi sur le site :

15/03/2011