Auracan » chroniques » Espace Vide
Espace Vide, par Terkel Risbjerg, collection Treize étrange (Milan BD)

Espace Vide

Scénario et dessins : Terkel Risbjerg

Milan BD, collection Treize étrange

Serge est un pauvre bougre qui déambule dans les dédales intergalactiques entre l'ANPE, les ASSEDICS et la SÉCU. C'est que Serge est un nouveau chômeur, un nouveau maillon faible quémandant un peu d'argent et de reconnaissance sociale chez ses nouveaux employeurs.

À fréquenter les queues de guichets, Serge tombe tranquillement, inexorablement dans la déprime : sentiment bien connu et partagé par tant d'individus mis sur la touche pour avancées économiques. Il ne semble plus voir Maia, sa petite amie. Ce petit bout de femme énergique et moqueuse, malgré ses efforts pour lutter contre le marasme sentimental qui menace le couple, perd elle aussi la volonté de sauver ce qui peut l'être encore.

Terkel Risbjerg signe chez Milan BD sa première bande dessinée. Tout est noir dans cette histoire : le fond de l'univers, les pensées de Serge, ses perspectives, son couple, et même jusqu'à la couleur… vu que c'est du noir et blanc. Espace vide est une focalisation sur cette période trouble du chômage, Risbjerg y voit là une source à nos maux contemporains. Il décortique le quotidien de Serge, met en exergue son dépit et son sentiment d'inutilité. Ce travail pourrait s'apparenter à une sorte d'étude sociologique dessinée sur les rapports conflictuels entre les humains, leurs causes et leurs conséquences.

Cela n'est certes pas une invitation au voyage, au rêve, mais cette première réalisation nous montre bien le sentiment d'enfermement, d'isolement que connaît Serge. Sentiment renforcé par l'adoption d'une planche de format carré, elle-même divisée en neuf cases carrées où l'on sent le personnage confiné dans cette espace restreint. Les portraits de Serge qui y prennent place, se déclinent à l'infini sans que l'on puisse y voir un soupçon de joie de vivre.

Espace vide n'est donc pas une histoire que l'on pourrait qualifier d'optimiste, elle est une mise en lumière du profond mal être généré par les situations de crise. Une lecture à ne pas mettre entre toutes les mains sous peine de rechute.

Partager sur FacebookPartager
Cristian
16/06/2005