Auracan » chroniques » Lâcher prise
Lâcher prise, par Miriam Katin (Futuropolis)

Lâcher prise

Scénario et dessins : Miriam Katin

Futuropolis

Le poignant récit d'une mère...

Difficile d'accepter quand on est juive hongroise et qu'on a fui le nazisme de voir son fils s'installer à Berlin avec une petite amie d'origine suédoise. Difficile de se sentir partagée entre l’aversion pour tout ce qui est allemand, et la reconnaissance que la vie berlinoise n'a plus aucun rapport avec les périodes troubles de la dernière guerre mondiale.

On va découvrir, tout au long des 150 pages qui se lisent d'une traite, une maman meurtrie par un lourd passé et qui, pratiquant admirablement l'autodérision, va tenter de surpasser un pan de sa vie qu'elle a fui en se réfugiant aux États-Unis. À la manière d'un journal intime mis en images, on s'installe dans la vie de cette sexagénaire new-yorkaise qui doit faire face tout à la fois à ses souvenirs douloureux de la Shoah et le désir enfoui de découvrir l'univers de son fils.

Tour à tour poignant, drôle, attendrissant... Le lecteur va découvrir un personnage des plus attachants qui mérite d'être connu.

Après le bouleversant récit Seules contre tous que les éditions Futuropolis rééditent à l'occasion de la sortie de Lâcher prise, l'auteure Myriam Katin nous livre une petite pépite de sincérité et une bonne leçon d'introspection qui ne devrait pas laisser pas le lecteur indifférent.

Partager sur FacebookPartager
Bernard Launois
24/01/2014