Auracan » chroniques » Section Infini - Tome 1 : Perdu dans le temps
Section Infini - Tome 1 : Perdu dans le temps, par Laurent Queyssi, Greg Tocchini (Le Lombard)

Section Infini

Tome 1 : Perdu dans le temps

Scénario : Laurent Queyssi
Dessins et couleurs : Greg Tocchini

Le Lombard

Trop de mystère(s)

1908. L'épouse du scientifique Pierre Charlet est assassinée. Son enquête personnelle ne lui apprend qu'une chose : son mystérieux meurtrier semble annocer un danger bien plus grand. En 2014. Anna Sorin poursuit, avec La Section Infini, le combat initié par son arrière-grand-père. Elle vient enfin de comprendre l'identité des "pirates" poursuivis à travers le XXe siècle.

Alchimie, chimie, piratage informatique, paradoxes temporels, hermétique Section Infini... voilà quelques-uns des nombreux et mystérieux composants intervenant dans le scénario de Laurent Queyssi pour ce premier tome (sur quatre) d'une première saison annoncée de Section Infini. Hélas, qui trop embrasse mal étreint, et en multipliant les mystères, c'est, à l'arrivée, le scénario en lui-même qui devient particulièrement brumeux. Dommage, car quelques bonnes idées auraient pu être judicieusement exploitées et davantage mises en avant. Comme ces petites parcelles de sol gelées hors saison, ou les "pirates" qui, pour une fois, laissent à penser que ce ne sont pas forcément les "bons" qui voyagent dans le temps.

Côté graphique, la surprise est au rendez-vous avec l'arrivée dans le franco-belge de Greg Tocchini, un dessinateur brésilien actif sur la scène des comics. Ce nouveau venu illustre Perdu dans le temps d'un trait vivant et très spontané. Certains lui reprocheront peut-être un côté "story-board élaboré", mais celui-ci lui garantit un réel dynamisme, à l'image de cette couverture qui peut déconcerter. Son travail sur les couleurs est, lui, véritablement remarquable.

Trop de mystère(s) tue le mystère. Perdu dans le temps est un premier tome introductif. On attendra un deuxième album pour se faire une idée plus précise de la série et, on l'espère, se laisser plus volontiers convaincre.

Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens

Pour en savoir plus : le site du scénariste

21/02/2014