Auracan » chroniques » Le Horla
Le Horla, par Guillaume Sorel d'après Guy de Maupassant, Guillaume Sorel (Rue de Sèvres)

Le Horla

Scénario : Guillaume Sorel d'après Guy de Maupassant
Dessins et couleurs : Guillaume Sorel

Rue de Sèvres

Un Maupassant « sorelien »

Alors que tout semblait aller pour le mieux, le narrateur de ce récit tombe au plus mal. De joyeux, il devient ombrageux. De vivant, il devient las. De plus, quelque chose (quelqu'un ?...) prend part à sa vie. « Il » le possède petit à petit…

Grand admirateur des auteurs du XIXème siècle et du genre fantastique, Guillaume Sorel nous sert une adaptation du Horla de Maupassant sur un plateau d'argent. Le Horla traduit-elle la folie du narrateur (et préconise celle de son auteur) ou la possession par un être ? On ne le saura pas. Les angles d'attaques des deux récits sont cependant différents. Guillaume Sorel ne prend pas le parti d'adapter littéralement l'histoire, mais l'a transforme. Le récit épistolaire n'est plus : il est remplacé par des scènes-clefs. Loin de les énumérer, Sorel les adapte et sa vision permet une nouvelle lecture de ce classique de la littérature. Si Le Horla de Maupassant prend le lecteur à la gorge, celui de Sorel prend son temps, mais le dénouement est le même… terrifiant !

Fort efficace, le graphisme pourrait être un album réaliste comme il en existe beaucoup. Ce qui fait la différence, c'est le jeu des lumières. Comme un régisseur et son jeu d'orgues, Sorel joue avec l'ombre pour simuler une ambiance, pour capter les couleurs. Les effets sont particulièrement réussis. On regretterait presque de devoir tourner les pages. À quand un exemplaire de ce travail en défilé infini ? S'il existe une exposition des planches, il deviendrait indispensable de la visiter.

Guillaume Sorel marie à la perfection adaptation et dessin. Ainsi, il réconcilie beau livre et littérature. Le lecteur a envie de relire l'œuvre originale – pour ne pas dire l’originelle. On en viendrait presque à désirer une collection qui sublime et transcende autant de grands classiques.

Partager sur FacebookPartager
Hervé Beilvaire
12/03/2014