Auracan » chroniques » Airborne 44 - Tome 5 : S'il faut survivre
Airborne 44 - Tome 5 : S'il faut survivre, par Philippe Jarbinet (Casterman)

Airborne 44

Tome 5 : S'il faut survivre

Scénario, dessins et couleurs : Philippe Jarbinet

Casterman

Tessa

Philippe Jarbinet installe ici le premier volet de son troisième diptyque sur la Seconde Guerre mondiale avec la particularité de mettre en scène presque uniquement des Américains. Mais, le souffle épique brûle toujours l'histoire dans l'Histoire...

Décembre 1944. Alors que dans les Ardennes, l'Allemagne nazie acculée vient de lancer une spectaculaire contre-offensive, tous les avions sont requis pour aller sur place soutenir les troupes alliées. Y compris les appareils de l'Air Transport Auxiliary, une organisation britannique qui a pour particularité d'intégrer des pilotes féminins. La jeune Tessa, pilote américaine émérite assure l'une de ces opérations de convoyage entre l'Angleterre et la Belgique. Mais, cette fois, elle joue de malchance. À la suite d'un duel aérien, la jeune femme fait un atterrissage d'urgence en forêt juste derrière les lignes allemandes. Une seule issue pour tenter de la récupérer : parachuter sur place un commando de secours. Une mission que vont prendre en charge Sebastian Leder et Tom De Witt. Ils ont pour point commun de bien connaître Tessa depuis leurs jeunes années, là-bas en Amérique...

Cette fois, Jarbinet consacre en un long flashback le corps de l'album aux destins de jeunes Américains qui se retrouveront à la bataille des Ardennes en 1944. Aux USA, en 1941, les conditions économiques sont épouvantables. Le krach boursier de 1929 et le Dust Bowl ont jeté les gens ruinés sur les routes. C'est là que Tessa fait la connaissance de deux jeunes gens. Elle tombera amoureuse de l'un d'entre-eux. La romance est une constante dans l'oeuvre de Jarbinet. Elle permet au lecteurs de mieux s'attacher aux personnages. Jarbinet joue aussi sur l'amitié avec Sebastian qui tente de calmer Tom, la tête brûlée. Le cliffhanger est ingénieux et nous promet une conclusion passionnante. On sent l'influence du film Un Jour avant l'aube de Jacques Ertaud.

Avec Airborne, Philippe Jarbinet fait maintenant partie des auteurs qui comptent... Au dessin, il se lâche complètement et nous livre autant de partitions sur la guerre que de morceaux de bravoure. Les personnages sont beaux, les décors superbes et les couleurs étincelantes. On attend une conclusion à hauteur de l'ensemble...

Partager sur FacebookPartager
Jean Goossens

Dans la même série :

Airborne 44 - T1-2: Là où tombent les hommes - Demain sera sans nous, par Philippe Jarbinet
21/05/2014