Auracan » chroniques » Les Cosaques d'Hitler - Tome 2 : Kolia
Les Cosaques d'Hitler - Tome 2 : Kolia, par Valérie Lemaire, Olivier Neuray (Casterman)

Les Cosaques d'Hitler

Tome 2 : Kolia

Scénario : Valérie Lemaire
Dessins : Olivier Neuray
Couleurs : Ruby

Casterman

D'une prison à l'autre...

Le diptyque Les Cosaques d’Hitler s’appuie sur un fait historique peu connu de la Seconde Guerre mondiale : la défection au profit de l’Allemagne nazie d’une partie des troupes cosaques et russes, irréductibles ennemis de Staline et du système soviétique. Rapatriés en URSS à la fin de la guerre, ils sont condamnés au goulag. Nicolas Mac Donald, rentré en Ecosse, ne se remet pas de sa séparation avec la jolie Macha Krasnov, rencontrée en Autriche dans un camp de prisonniers. Celle-ci, pourtant, a survécu, et, déportée dans un goulag, donne naissance à un petit garçon, Kolya. Nicolas entreprend finalement de difficiles recherches pour retrouver sa trace...

Second volet et conclusion des Cosaques d'Hitler, cet album couvre une période beaucoup plus longue que le premier, de la fin de la guerre à 1970. Valérie Lemaire associe dans son scénario des éléments romanesques et une description précise et documentée des goulags, véritables outils à broyer l'humanité de tous ceux qui ne s'intégraient pas idéalement au système soviétique. Le récit qui nous est conté est dur et tragique, et ses aspects imaginés rendent encore plus effarante la réalité de cette page d'histoire. Le contraste entre les confortables séquences "écossaises" mettant en scène la famille Mac Donald et les conditions d'existence et de survie dans ces camps de travail renforce encore cette sensation.

Le dessin soigné d'Olivier Neuray sert l'intrigue de belle manière, son côté "lisse" atténuant quelque peu la noirceur du destin de ces sacrifiés. Les auteurs se sont abondamment documentés (une bibliographie - essentiellement consacrée aux goulags - figure en début d'ouvrage) et la reconstitution effectuée par le dessinateur est impressionnante. Plus que par des dates, il nous fait mesurer le temps qui passe par le subtil vieillissement de ses personnages principaux, ses décors, l'évolution des automobiles (dont l'une devient une véritable clé vers la liberté) et des vêtements...

On repense longtemps au tragique itinéraire des cosaques d'Hitler après avoir refermé cet album qui invite à la réflexion. Le premier tome de ce diptyque a d'ailleurs été récompensé par le Prix Cognito de la bande dessinée historique 2013. La remise de ce prix avait eu lieu lors de la 11e édition de la Foire du Livre belge. Celle-ci avait pour thème... la liberté !

Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens

Dans la même série :

Les Cosaques d’Hitler - T1: Macha, par Valérie Lemaire, Olivier Neuray

Aussi sur le site :

29/05/2014