Auracan » chroniques » La Technique du périnée
La Technique du périnée, par Florent Ruppert et Jérôme Mulot, collection Aire libre (Dupuis)

La Technique du périnée

Scénario et dessins : Florent Ruppert et Jérôme Mulot
Couleurs : Isabelle Merlet

Dupuis, collection Aire libre

Un conte sexuel et contemporain

J
H est artiste vidéaste, il prépare une exposition entre deux
tchats érotiques sur OKCupid, un site de rencontres sur Internet. Il a même l’application sur son mobile. Récemment, il a « fait la connaissance » de Sarah. Il lui parle tous les jours ou presque. Avec elle, il « fait du cul sur Skype ». JH est peut-être libertin, il est en tout cas libéré. Il aime jouir. Il commence à être addict à Sarah. Il la guette, checke régulièrement si elle est connectée, scrute ses écrans en quête de sa présence en ligne. 

Avec La Technique du périnée, Ruppert et Mulot ont composé une partition sensuelle sur le thème du sexe 2.0, de l’hyper-connectivité, quand la technologie devient un vecteur (sinon un présupposé) des rencontres amoureuses modernes. La variation est belle et le conte assurément lyrique. Ruppert et Mulot dépeignent un monde où le sexe serait tout à la fois le préalable et la conséquence de l’amour. JH est tombé amoureux de Sarah après avoir « fait du cul sur Skype », elle l’obsède, occupe ses jours (mobile en main) et ses nuits (en pensée ou devant l’écran de son ordinateur). Bien malin qui pourrait dire quand est né le sentiment amoureux de JH pour Sarah dans cette relation jusque-là numérique. Parce que la jouissance des deux protagonistes est bien réelle derrière leurs écrans respectifs, peut-on alors parler de virtuel ? Plus encore, parce que notre société offre aujourd’hui la possibilité de vivre indépendamment ses sentiments et sa sexualité, Ruppert et Mulot écrivent une chronique fine des amours contemporaines à l’heure de Grindr ou Gleeden et du « sex-dating ».

Tout en suggestion, La Technique du périnée est par ailleurs un album dénué de toute pornographie, métaphorique avant d’être simplement érotique. Ruppert et Mulot (accompagnés par Isabelle Merlet à la couleur) inventent de nouveaux codes pour signifier la jouissance, puisant dans le silence (de nombreuses pages sont dénuées de texte) des voies pour exprimer états d’esprit et sensations physiques. Le dessin se fait alors évocateur, loin d’une représentation explicite, comme pour mieux accentuer le trouble et laisser s’exprimer la sensualité au fil des pages. Le graphisme se met alors naturellement au service du propos. Sarah va défier JH : s’il veut la revoir, il devra essayer la « technique du périnée », moyen qui permet de retarder (et décupler) la jouissance pour les deux partenaires. Elle pose cette condition et lui dicte ses désirs. L’obsession sexuelle de JH se mue alors en quête amoureuse : il doit accepter de ne plus céder à son hédonisme. Ruppert et Mulot renversent les prémisses. Et les rôles.

La Technique du périnée est un conte temporel, un instantané dans laquelle le sexe a le premier rôle. Un album qui signe toute la maîtrise graphique et littéraire du duo d’auteurs.

Partager sur FacebookPartager
Dominique Bry
14/06/2014