Auracan » chroniques » Lune et l'autre
Lune et l'autre, par Gabriel Germain (Casterman)

Lune et l'autre

Scénario, dessins et couleurs : Gabriel Germain

Casterman

Nuit magique

À Tokyo, Risa, une prostituée vient de tuer son souteneur. Dans sa fuite, elle perd son portefeuille en heurtant un passant, Shin'Ichiro. Risa parvient à prendre le premier bus en partance pour le village de son enfance. À son bord, elle découvre une étrange petite fille, Hana, qui semble elle aussi voyager seule et fuir la grande ville sans véritable but. L’une et l’autre vont sympathiser, au point de ne plus se quitter et de poursuivre ensemble leur périple. Pendant ce temps, Shin’ichiro, est plongé dans une introspection inquiète et douloureuse et voit dans l’inconnue dont il vient de trouver le portefeuille une possible bouée de sauvetage...

À partir de la rencontre de ces 3 personnages, Gabriel Germain construit une histoire qui, peu à peu, par petites touches, glisse vers un fantastique magique imprégné de la mythologie japonaise. On avait découvert l'auteur dans l'adaptation d'une nouvelle de Jean-Hugues Oppel, Brouillard au pont de Bihac, dans la collection Rivages/Casterman/noir, il nous dévoile ici une toute autre facette de son talent. En effet, on découvre un dessin très diférent, japonisant pour coller à un sujet traité tout en délicatesse et des couleurs qui offrent à l'ensemble un aspect velouté.

Gabriel Germain trace des pistes, délivre quelques clés, mais l'histoire intriguante qu'il nous propose peut donner lieu à diverses interpétations de la part du lecteur. Et cela fonctionne très bien. On se laisse en effet aisément séduire par le croisement de plus en plus étrange entre ces 3 (?) solitudes. Le rythme est lent, propice à la douceur et à la poésie, contrastant avec le meurtre du début d'album.  Les nombreux admirateurs de Jirô Taniguchi devraient y être sensibles, la dimension fantastique en plus. Gabriel Germain prête d'ailleurs les traits de l'auteur de Quartier lointain à l'un de ses personnages. Lune et l'autre suscite les questions du lecteur sans forcément lui en apporter les réponses. Tant mieux ! Ne serait-ce pas le prétexte idéal pour se replonger dans cette nuit magique à l'occasion de plusieurs relectures ? Un roman graphique riche et envoûtant. Coup de coeur !

Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens
07/07/2014