Auracan » chroniques » Journal d'une Femen
Journal d'une Femen, par Michel Dufranne, Séverine Lefebvre (Le Lombard)

Journal d'une Femen

Scénario : Michel Dufranne
Dessins et couleurs : Séverine Lefebvre

Le Lombard

La lutte

"Femen" est un terme auquel nous avons tous été confrontés. À la télé, dans les journaux, ou dans les soirées qui finissent en débat sur la course du monde et les questionnements qu'elle suscite. Difficile effectivement de passer à côté des images de ces femmes, seins nus et slogans percutants, s'en prenant aux symboles d'une société qui a pris l'habitude de tourner sur son axe. Un axe auquel elles reprochent d'être huilé par des millénaires de patriarcat bien installé dans ses convictions.

Dans ce Journal d'une Femen, l'action se situe en France. La jeune et jolie Apolline décide de prendre son souffle, son courage et son destin à deux mains. Elle décide de passer de la rage silencieuse et contenue à la lutte. Contre l'injustice, la violence, et les mensonges faits à ses soeurs, mais aussi et surtout à elle. De l'idée à la réalisation, il y a un chemin, long, difficile et souvent douloureux. En passant de l'autre côté de la force, en changeant de prénom pour s'appeler Sophie, elle va paradoxalement se découvrir, mais aussi apprendre le prix de ce choix. Car on ne rigole pas chez le Femen, et il en coûte toujours de passer à l'action. Tout va changer autour d'elle, en même temps que le regard des autres, une fois qu'elle sauront qu'elle fait partie du mouvement. Famille, proches, collègues : on se positionne, on prend parti, on comprend. Ou pas.

Apolline est une création des auteurs. Mais, cette fiction est nourrie des vies de Femen bien réelles. Comme autant de vrais blocs d'un édifice romancé. Michel Dufranne connaît bien ces activistes qu'il a suivies pendant plus de quatre années. Avec Séverine Lefebvre, il prend le biais de la bande dessinée de fiction pour raconter le réel. Avec des rebondissements, des conflits (souvent), des émotions et des sourires (parfois). Comme rien n'est simple chez les Femen, il fallait trouver un angle qui ne simplifie pas, et un regard qui prenne le temps de nuancer, loin des discours parfois monolithiques des médias, qu'ils soient acquis à la causes ou non. Une distance juste, donc, prise par ce journal.

Le dessin de Lefebvre dans un style "manga girly" sert le propos à merveille et fait penser à Thermae Romae de Mari Yamasaki.

De quoi nous faire réfléchir, sans nous donner de leçons...

Partager sur FacebookPartager
Jean Goossens

Du même scénariste :

Triangle rose , par Michel Dufranne, Milorad Vicanovic-Maza La Bible - Le Nouveau Testament - T3: L’Évangile selon Matthieu , par Michel Dufranne et Jean-Christophe Camus, Dalibor Talajic Souvenirs de la Grande Armée - T3: voir Vienne ou mourir , par Michel Dufranne, Alexis Alexander
11/09/2014