Auracan » chroniques » La Valse des félins - Tome 2 : Objectif Londres
La Valse des félins - Tome 2 : Objectif Londres, par Fred Weytens, Skiav, collection Calandre (Paquet)

La Valse des félins

Tome 2 : Objectif Londres

Scénario : Fred Weytens
Dessins : Skiav
Couleurs : Jocelyne Charrance

Paquet, collection Calandre

Sur les chapeaux de roue

Le Rallye Winter, la fameuse course à travers l’Europe organisée par un excentrique aristocrate anglais, se poursuit sur les routes européennes. Cette fois, l’arrivée à Londres se rapproche. Reste à savoir quels équipages peuvent véritablement briguer la victoire... et qui veut dérober le Grand Mogol, le célèbre diamant de Lord Winter ? La suspicion règne parmi les concurrents. Qui a tenté de voler le diamant de Lord Winter et va-t-il recommencer ?

On ne s'ennuie décidément pas dans cette course menée sur les chapeaux de roues. Comme si les péripéties sportives ne suffisaient pas, les auteurs y attisent la convoitise de certains personnages autour d'un diamant légendaire, activent un jeu d'espions entre CIA et KGB dans un Berlin pas encore réunifié (on est en 1971), et y invitent un "Parrain" mafieux à la recherche de sa fille et des hippies écolos bien décidés à saboter l'événement. Précisons encore que cette liste n'est pas exhaustive !

Le premier mouvement de La Valse des félins était emballant, celui-ci s'avère globalement supérieur quant au rythme et à la fluidité de lecture et propose un vrai divertissement de qualité agréablement rétro. En effet, les références à l'époque sont légion, et s'il s'agissait d'un film on évoquerait une distribution prestigieuse tant on y croise des acteurs et personnalités de cette période. Côté voitures, collection Calandre oblige, on pourrait difficilement faire la fine bouche face à une belle brochette de sportives de la fin des années 60'. Ajoutons-y que le dessin de Skiav (Eric Schiavinato) lorgne vers les standards de l'école de Marcinelle et que ces kilomètres se parcourent pied au plancher et sourire aux lèvres.

On regrettera néanmoins un petit dérapage dans les 6 ou 7 dernières planches, une fois la ligne d'arrivée passée. En effet, par rapport au découpage effectué jusque-là, généralement en 4 bandes, les cases semblent tout-à-coup très grandes, si pas disproportionnées car elles sont souvent consacrées à des plans rapprochés. Les auteurs auraient-ils oublié d'en garder un peu "sous le pied" pour boucler leur road-book de 48 pages ? Il serait cependant injuste de bouder son plaisir de lecture d'un diptyque aussi échevelé que sympa à cause de cette légère baisse de régime.

Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens

Dans la même série :

La Valse des Félins - T1: Le Rallye Winter, par Fred Weytens, Skiav

Du même scénariste :

Aslak - T2: Le mat du milieu, par Hub et Weytens, Emmanuel Michalak
16/09/2014