Auracan » chroniques » Légal - Tome 1 : La fin de la prohibition
Légal  - Tome 1 : La fin de la prohibition, par Cédric Gouverneur et  Amazing Ameziane, Amazing Ameziane (Casterman)

Légal

Tome 1 : La fin de la prohibition

Scénario : Cédric Gouverneur et Amazing Ameziane
Dessins et couleurs : Amazing Ameziane

Casterman

Le shit, c'est chic ?

Début 2019. Revenu très impressionné d’une conférence internationale au Mexique sur les effets dévastateurs du narcotrafic, le maire de Nanterre, Serge Gorski, dont la ville est également en proie à l’impact des stupéfiants, décide d’oser une expérimentation radicale : la fin de la prohibition des drogues douces sur le territoire de sa commune. La seule manière crédible, estime l’élu, est d’essayer de contrecarrer vraiment le développement du narcotrafic. La démarche est révolutionnaire, d’autant que la mairie de Nanterre choisit d’en confier l’organisation concrète à... un ancien trafiquant tout juste sorti de prison.

Inspiré de faits réels... qui arriveront sûrement un jour, précisent ses auteurs, cet album est préfacé par Stéphane Gatignon, maire de Sevran, défenseur de la légalisation du cannabis. Cédric Gouverneur, journaliste, construit un scénario de très légère anticipation, qui débute comme un polar pour ensuite explorer progressivement les moyens de concrétiser cette idée de légalisation, ses conséquences sur le trafic et ses effets sur la société. Ainsi, peu à peu, on découvre que les affrontements politiques se substituent presque aux règlements de compte entre trafiquants et, surprise, que la culture de chanvre pourrait constituer un ballon d'oxygène pour certains agriculteurs. Le scénariste va même jusqu'à évoquer l'émergence d'un cannabis OGM ! Difficile de ne pas penser que l'on pousse le bouchon un peu loin , et pourtant...

Dans une logique BD, hélas, ces (longs) développements ralentissent la progression de l'intrigue. On a la sensation que plusieurs histoires se superposent et la multiplication de séquences mettant tantôt en scène les ambitions politiques de l'une, le désarroi de l'autre, les dealers "blanchis" ou les sanglantes magouilles des narcotrafiquants ne facilitent pas une lecture suivie.

De même, on adhèrera ou pas aux options graphiques d'Amazing Ameziane. Certes, on peut apprécier la recherche d'une image brute dans un style très reportage, une maquette d'album typée "doc de choc", mais les recadrages et zooms de cases similaires et l'usage fréquent du copier-coller montrent rapidement leurs limites.

Légal pose question(s), ok, mais peut-être un peu trop...

Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens
13/11/2014