Auracan » chroniques » Pico Bogue - Tome 7 : Cadence infernale
Pico Bogue - Tome 7 : Cadence infernale, par Dominique Roques, Alexis Dormal (Dargaud)

Pico Bogue

Tome 7 : Cadence infernale

Scénario : Dominique Roques
Dessins et couleurs : Alexis Dormal

Dargaud

De la bouche des enfants...

Les vacances sont finies ! Pico, sa petite soeur Ana Ana et toute la famille retrouvent les petites et les grandes joies de la vie quotidienne : l'école, les repas, les interrogations existentielles. Et quand Pico découvre un livre sur l'étymologie et l'histoire des mots, un nouvel univers s'ouvre à lui. Et tout son entourage va en profiter... de gré ou de force !

En créant Pico Bogue et son univers, Dominique Roques et Alexis Dormal ont réussi le petit exploit d'amener un ton nouveau dans le domaine déjà fort fréquenté, depuis Boule et Bill, de la BD familiale humoristique. Les aventures au quotidien de l'échevelé Pico se sont poursuivies avec succès, se dédoublant même avec Ana Ana, série "soeur" (c'est le cas de le dire !) destinée aux plius jeunes. Entre gags et interrogations joyeuses sur la vie, le petit héros séduit aisément. La maman scénariste et le fiston dessinateur parviennent à s'adresser aux enfants et aux parents avec une même réussite, en enrichissant aussi abondamment leur série de tendresse et de poésie.

Tendresse et poésie qui se retrouvent également dans le style de dessin d'Alexis Dormal. On pense certes quasi inévitablement à Sempé avec, à première vue, une impression d'efficace économie de moyens. Mais les aquarelles de l'auteur méritent que l'on s'y attarde, et on découvre alors de nombreux détails à côté desquels on aurait pu passer, emporté que l'on est par les réparties pleines d'esprit de Pico Bogue.

C'est particulièrement le cas avec cette Cadence infernale, celle peut-être des questions que pose le petit bonhomme à ses parents et à ses proches. Surtout quand il joue avec l'origine des mots pour les détourner, d'une manière ou d'une autre, à son avantage. Composé de gags d'une demi-page, d'une page, ou de plus longues historiettes de quelques planches, cette plongée délicate et amusante dans une enfance pleine de ressources donne une fois de plus la sensation de s'offrir une pause ensoleillée (et un rien envieuse) dans le rythme et la grisaille du quotidien. Cadence infernale ? Celle-là, en tous cas, on est prêts à l'assumer avec beaucoup de plaisir.

Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens
23/11/2014