Auracan » chroniques » Jim Hawkins - Tome 1 : Le Testament de Flint
Jim Hawkins - Tome 1 : Le Testament de Flint, par Sébastien Vastra (Ankama)

Jim Hawkins

Tome 1 : Le Testament de Flint

Scénario, dessins et couleurs : Sébastien Vastra

Ankama

Inépuisable trésor

L’important, ce n’est pas la destination, mais le voyage. Un avenir de commis de cuisine et l’auberge familiale en héritage, Jim Hawkins sait qu’il ne restera pas longtemps sur la terre ferme. Son regard est ailleurs, tourné vers cette ligne de mer posée sur l’horizon, promesse d’inconnu et de mystères. Il suffirait juste d’un pas vers l’océan pour embrasser cette vie et devenir un autre. Il suffirait d’un coup de pouce du destin ou de Bill Bones, ce vieux loup de mer fraîchement débarqué avec son précieux coffre, pour que Jim bascule dans le tourbillon de l’aventure. Mais s’il y a une chose dangereuse en ce bas monde, c’est bien de posséder une fortune sur un morceau de papier…

Il faudrait un jour que quelqu'un s'attache à répertorier les multiples adaptations ou influences de L'Île au Trésor de Stevenson. On mesurerait alors combien le mythique trésor de Flint est inépuisable, et combien le talent de l'écrivain et son classique, intemporel, continuent, de génération en génération, à nourrir les imaginations. Après le flamboyant Long John Silver de Xavier Dorison et Mathieu Lauffray, c'est Jim Hawkins qui prête son nom à une série "librement inspirée" de L'Île au trésor, et cette fois entièrement réalisée par Sébastien Vastra (Mâchefer, Eclipse).

Pour ce premier tome, l'auteur reste assez fidèle au roman, prend son temps pour installer l'intrigue et nous présenter ses pricipaux protagonistes. Ce n'est d'ailleurs que dans le dernier quart de l'abum qu'apparaît... Kong John Silver. Kong ? Oui, en effet, car Sébastion Vastra a choisi d'offrir à sa superproduction une distribution animalière, ou plutôt zoomorphe à la manière d'un Juanjo Guarnido pour Blacksad, ou, dans un style plus humoristique, d'un Benoît Sokal pour Canardo. Kong John Silver est donc un gorille !

La faune qui hante les ruelles de Bristol et les sombres tavernes proches du port se double ainsi d'une étonnante galerie de portraits, pittoresques et exotiques, parfois vraiment saisissants et toujours très expressifs. Jim Hawkins, le narrateur, a ainsi les traits d'un jeune lion. Pour le reste, le dessinateur démontre à la fois un efficace savoir-faire et belle inspiration. De nombreuses cases fourmillent de détails, parfois, hélas, trop nombreux pour l'espace qui leur est dévolu, ou un peu atténués par l'utilisation d'une palette de couleurs relativement sombre. Ses personnages bougent bien et Sébastien Vastra excelle à restituer différentes atmosphères, notamment grâce à des décors particulièrement soignés.

Ce tome 1 de Jim Hawkins, réussi et séduisant, donne en tous cas envie de hisser les voiles avec curiosité vers les prochains épisodes. Yoh oh oh et une bouteille de rhum !

Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens
10/02/2015