Auracan » chroniques » L'île aux femmes
L'île aux femmes, par Zanzim, collection 1000 Feuilles (Glénat)

L'île aux femmes

Scénario et dessins : Zanzim
Couleurs : Hubert

Glénat, collection 1000 Feuilles

Une île pas si paradisiaque que ça !

César Bompard a tout pour plaire : un physique de bellâtre et son métier d’aviateur de voltige, tant admiré. Il montre un amour immodéré pour la collection de conquêtes : il faut dire qu’elles sont toutes en pamoison devant ce fringant jeune homme que rien n’arrête.

Mais ce relatif bonheur n’a qu’un temps, et la Première Guerre mondiale venant à se déclarer son statut change brusquement ! Finies les soirées mondaines qu’il termine dans son lit entouré de naïades, place à l’aéropostale militaire et son transport de colis et de lettres d’amoureux transis qui se morfondent dans les tranchées dans l’espoir d’un retour rapide.

Les trajets ne sont pas danger et il va se retrouver rapidement sur une île déserte après avoir été abattu en plein vol. Déserte, cette ile ne l’est qu’en apparence puisqu’il ne tarde pas à découvrir qu’elle est peuplée de jeunes femmes. Seulement, seront-elles aussi accessibles que ses conquêtes parisiennes ? Son statut social d’aviateur, ajouté à son charme ravageur seront-ils des éléments déterminants et suffisants pour recréer sa petite vie dans ce décor paradisiaque ? Ne sera-t-il pas réduit à servir de mâle reproducteur, en remplacement d’un vieux rescapé unijambiste usé par ces dames ?

Voilà que le dessinateur Zanzim ajoute une corde à son arc, celle de la réalisation du scénario. Et on peut dire que pour une première, c’est une réussite : le récit est fluide, souvent drôle mais aussi grave par moment car il pose notamment la problématique du choix et de la disposition de son corps, une question assurément plus souvent rencontrée par la gente féminine. Le dessin est toujours aussi alerte et n’est pas sans rappeler, pour notre plus grand plaisir, les albums précédents tels que Ma vie posthume ou encore La Sirène des pompiers. De belles couleurs chatoyantes viennent agrémenter ce bon album de quatre-vingt pages à découvrir instamment en ce début d’année.

Partager sur FacebookPartager
Bernard Launois

Du même auteur :

La Sirène des Pompiers, par Hubert, Zanzim Ma Vie posthume - T1: Ne m’enterrez pas trop vite, par Hubert, Zanzim
11/02/2015