Auracan » chroniques » Gold of the dead
Gold of the dead, par Silvio Panucci et Fred Weytens, Yan Le Pon (Paquet)

Gold of the dead

Scénario : Silvio Panucci et Fred Weytens
Dessins : Yan Le Pon
Couleurs : Marie Avril et Yan Le Pon

Paquet

Zombistadors

Amérique centrale, 1952. Trois aventuriers sans scrupules attaquent un archéologue et son guide et lui dérobent un trésor Maya en ignorant que ce trésor est maudit. Ils embarquent à bord d’un cargo mixte en partance pour la France, où les attend un acheteur potentiel. Un marin, trop curieux, va déclencher la malédiction. Les passagers et les marins vont faire face à des zombies possédés. Mais Jones, rapidement devenu le seul survivant des trois aventuriers ne se laissera pas faire !

Depuis le succès de Walking Dead, les morts vivants n'ont jamais été en aussi bonne forme. Gold of the dead surfe joyeusement sur cette vague tout en adressant un clin d'oeil appuyé à nombre de films de série B. En effet, ne cherchons pas ici de fine étude psychologique des personnages, mais à quoi bon ? Place à l'action ! De la première à la dernière planche, l'histoire se déroule de manière linéaire, hormis de courts flash-backs mettant en scène un chef maya (inspiré du Rascar Capac des 7 boules de cristal - c'est fou ce que sa momie a pu impressionner !) face à la barbarie des conquistardors. Et puis, la malédiction liée au trésor se réveille. Progressivement, l'équipage du cargo La Gironde se zombifie et les passagers voient basculer leur destin vers celui de casse-croûte.

L'histoire peut paraître simple, mais pourtant on ne s'ennuie pas une minute à la lecture de ce one-shot. Scénario et dessin privilégient l'efficacité, et on ne peut que s'en réjouir. Le suspense s'intensifie peu à peu, et même si l'on sait vers quoi les auteurs nous embarquent, on s'y laisse très facilement conduire. Fred Weytens et Silvio Panucci s'appuient pour leur scénario sur des codes très cinématographiques, servis par le trait vif et dynamique de Yan Le Pon. Celui-ci firte parfois avec le frontière séparant le réaliste du "semi" mais n'en est que plus expressif. La couverture de l'album elle-même évoque une affiche de film un rien rétro.

L'album se complète d'un agréable cahier graphique qui comporte notamment des contributions de différents dessinateurs au "mythe". On y retrpouve ainsi les signatures de Nicolas Bannister, Jérôme et Olivier Jouvray, David Pellet et Nicolas Keramidas. Une fausse "Une" du Miami News délivre des infos complémentaires quant à l'étrange disparition du cargo et à son équipage.

On ouvre Gold of the dead comme on pousse la porte d'un vieux cinéma un peu poussiéreux. On sait qu'on y va pour s'y faire peur et s'y faire plaisir. Et si la charmante voisine installée sur le siège d'à côté, tremblante, pose la main sur votre bras... Vérifiez qu'elle soit vraiment vivante !

Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens

Du même scénariste :

La Valse des Félins - T1: Le Rallye Winter, par Fred Weytens, Skiav La Valse des félins - T2: Objectif Londres, par Fred Weytens, Skiav

Pour en savoir plus : le blog de Yan Le Pon

04/06/2015