Auracan » chroniques » L'Iliade et l'Odyssée
L'Iliade et l'Odyssée, par Soledad Bravi d'après Homère, Soledad Bravi (Rue de Sèvres)

L'Iliade et l'Odyssée

Scénario : Soledad Bravi d'après Homère
Dessins et couleurs : Soledad Bravi

Rue de Sèvres

Une adaptation drôle et moderne

Parce que la déesse Eris n'a pas été invité à un mariage, cette dernière prépare une vengeance terrible. Ainsi commence la guerre de Troie, racontée dans L'Iliade et sa suite L'Odyssée.

Enfant des années 70-80, j'ai étudié L'Iliade et L'Odyssée, mais pour moi et la plupart de mes camarades, les histoires se confondaient avec la série animée Ulysse 31. Cet amalgame nous a permis de nous approprier les deux premiers récits de la littérature occidentale. Pour les générations suivantes, il est peut-être plus difficile d'aborder cette œuvre complexe, où récit et mythologie se confondent. Soledad Bravi est arrivée et s'est permise de raconter à sa façon ce monument de la littérature.

Toutes les planches sont parues dans le magazine Elle durant les étés 2013 et 2014. Est-ce que certains lecteurs ne se sont pas offusqués de cette interprétation ? J'avoue qu'à la lecture des premières pages, j'ai eu très peur. Simplifier la mythologie grecque, les deux premières œuvres de la littérature occidentale, est-il un crime ? En fait, je me suis laissé emporter. Soledad adapte L'Iliade et L'Odyssée, mais ne simplifie pas l'intrigue. Elle enlève toute la pesanteur qu'on peut ressentir à la lecture, garde la complexité de l'intrigue. Le texte est simple, sans ambiguïté. Il permet une compréhension immédiate.

extrait de L'Iliade vue par Soledad Bravi

extrait de L'Iliade vue par Soledad Bravi

Si l'adaptation ne renie en rien Homère, le graphisme est un pur monument d'humour. Le trait de la dessinatrice est simple, coloré. Quant à ses bulles, elles donnent vie aux personnages. Loin d'appliquer un texte français littéraire, elle ose porter un langage populaire dans la bouche des héros mythiques. Le résultat est moderne, incisif et drôle. Ces personnages qu'on avait porté au zénith, descendent du piédestal, redeviennent humains (et sont souvent tournés en ridicule).

Les éditions Rue de Sèvres (la branche bande dessinée de L'École des Loisirs) ne s'est pas trompé en faisant paraître la compilation des planches de Soledad Bravi. C'est drôle, ça respecte Homère et ça permet de revisiter notre culture en s'amusant.

Partager sur FacebookPartager
Hervé Beilvaire

Pour en savoir plus : le blog de Soledad Bravi

12/06/2015