Auracan » chroniques » Emilie voit quelqu'un
Emilie voit quelqu'un, par Théa Rojzman, Anne Rouquette (Fluide Glacial)

Emilie voit quelqu'un

Scénario : Théa Rojzman
Dessins et couleurs : Anne Rouquette

Fluide Glacial

Dépression

Émilie a 30 ans – le meilleur âge – mais aussi un copain accro à la télé, des parents gentils (synonyme d'intrusifs) et une soeur parfaite (synonyme d'insupportable). Bref, le quotidien est un peu pesant pour cette instit' au look de Mary Poppins ! Décidée à se prendre en main, elle commence une thérapie avec une psy aussi aimable qu'un caillou et aux méthodes (d)étonnantes. Et pourtant, avec délicatesse et humour, de lapsus en actes manqués, Émilie retrouve le sourire.

Surprenante publication chez Fluide Glacial avec ce bouquin qui dénote par rapport à l'humour féroce et parfois lourdingue de la maison labellisée Umour etbandessinées. Sous-titré Après la psy, le beau temps ?, cet album très actuel permet d'aborder avec légèreté le parcours d'Emilie, qui "commence une dépression" et une thérapie.

Autour de cette drôle d'héroïne gravite une étonnante galerie de personnages, tous plus excessifs dans leur genre les uns que les autres, et qui constituent surtout une sacrée illustration de nos travers et de certains de nos comportements. Au fil des pages et de ses rencontres parfois abruptes avec sa psy, Émilie évolue à l'aune de sa perception d'elle-même et des autres.

Le sujet peut paraître grave, mais Théa Rojzman et Anne Rouquette le dédramatisent grâce à un humour qui frise parfois le non-sense pour la première et un dessin spontané et très coloré pour la seconde. L'ensemble est entrecoupé de quelques séquences "didactiques" afin d'aider le lecteur à aborder et différencier différentes facettes de l'univers "psy". Un univers familier pour la scénariste, artiste et fille de Charles Rojzman, créateur de la psychosociologie et formée à cette discipline.

Émilie voit quelqu'un mérite assurément que l'on aille, si nécessaire, au-delà de son image "mode" pour découvrir un récit qui interpelle, touche, et s'avère au final fort sympathique !

Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens
04/09/2015