Auracan » chroniques » Steam Noir - Tome 1 : Le Coeur de cuivre
Steam Noir - Tome 1 : Le Coeur de cuivre, par Benjamin Schreuder et Felix Mertikat, Felix Mertikat (EP éditions)

Steam Noir

Tome 1 : Le Coeur de cuivre

Scénario : Benjamin Schreuder et Felix Mertikat
Dessins : Felix Mertikat
Couleurs : Florian Steinl

EP éditions

Un univers

Des agents de l’Alliance Leonard enquêtent sur un cas mystérieux dans la ville de Schierling : une jeune fille, qui avait été emmurée vivante dans une cheminée des années auparavant, a été kidnappée par une âme perdue de Vineta. L’enquête entraine le Bizarromant Heinrich Lerchenwald et ses collègues, Hirschmann l’homme machine et Madame D., la profileuse, sur la trace d’un guérisseur miracle suspect, spécialisé dans les organes artificiels.

À travers cette première enquête de l'Alliance Léonard, c'est tout un univers - apparenté au steampunk - totalement dépaysant que nous permettent de commencer à aborder Félix Mertikat et Benjamin Schreuder. Un univers riche et complexe, mais cohérent, qui donne lieu, notamment, à un dossier qui complète cet album et censé permettre au lecteur de s'y repérer plus aisément. Passé la surprise des premières pages et une fois immergé dans ce monde, l'aventure du Coeur de cuivre se révèle rapidement captivante, et on va de découverte en étonnement en suivant Heinrich, Madame D. et Hirschmann, plus robot qu'humain.

Félix Mertikat donne vie au monde de Landsberg et à ses surprenants habitants grâce à un trait efficace et dynamique. Ses planches se construisent sur des découpages audacieux et ces différents éléments participent à l'originalité de cette nouveauté et à son pouvoir de séduction. En effet, à la lecture ce ce premier tome, on a bien le sentiment de découvrir quelque chose de différent, mais aussi de fort plaisant pour peu que le cartésianisme ne constitue pas votre guide de lecture.

En Allemagne, d'où elle est originaire, la série a reçu le Prix de la Meilleure Bande Dessinée nationale lors de sa présentation à la Foire du Livre de Francfort, les auteurs y étant les plus jeunes primés à ce jour. L'univers de Steam Noir s'y est étendu à d'autres supports tels que des jeux de société.

Pierre Paquet avait eu le nez fin en nous faisant découvrir la Chronique des immortels et Gung Ho (récent Prix Diagonale de la meilleure série 2015), deux séries d'origine allemande, elles aussi. Gageons que Steam Noir entamera un aussi beau parcours. Son originalité constitue, en tous cas, un atout de poids pour cela...

Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens

Pour en savoir plus : le site officiel de la série (en allemand)

18/09/2015