Auracan » chroniques » Lacrima Christi - Tome 1 : L'Alchimiste
Lacrima Christi - Tome 1 : L'Alchimiste, par Didier Convard, Denis Falque (Glénat)

Lacrima Christi

Tome 1 : L'Alchimiste

Scénario : Didier Convard
Dessins : Denis Falque
Couleurs : Angélique Césano

Glénat

Intemporalité spirituelle, temporalité matérielle

Didier Convard peut-il encore raconter de nouveaux développements autour du Triangle secret sans donner l’impression de tirer à la ligne ? Il a déjà ouvert plusieurs facettes dans cet univers de faux-semblants, mais encore... Voilà que Glénat publie une facette supplémentaire. À la lecture de L’Alchimiste, premier tome de la nouvelle sous-série Lacrima Christi – « épopée », selon le terme de la maison d’éditions –, le célèbre scénariste et son compère dessinateur Denis Falque entraînent les lecteurs dans des méandres assez surprenants, bien loin de ce que ceux-ci auraient pu imaginer au vu des précédents ouvrages. Surprise, donc, encore une fois.

Nous ne vous dévoilerons rien dans cet article sur l’album en question – le 22ème, précisément, depuis le lancement du Triangle secret. Juste deux choses. La première : on se laisse volontiers embarquer dans cette nouvelle sous-série, qui mélange Anciens Temps et Nouveaux Mondes, rêves de puissance occultes et réalisme ou désillusions contemporaines, comme Didier Convard sait si bien les raconter. Cela va même au-delà, et renvoie à ces peurs difficilement contrôlables que l’Humanité se crée régulièrement, sortes de mutilations inutiles et pourtant récurrentes. Car il est bien sûr possible de lire cet opus, comme les autres, sous différents angles, du plus naïf au plus... « initié ».

Deuxième élément, et non des moindres, le propos trouve écho dans les récentes péripéties de la Curie romaine, avec ces toutes récentes arrestations liées à la divulgation de documents confidentiels du Vatican, ou avec la parution d’un nouveau livre sur les méandres financiers du plus petit mais ô combien riche État du monde, Chemin de croix (Flammarion). L’auteur, Gianluigi Nuzzi, usant même de l’expression « guerre au Vatican » pour qualifier l’ambiance locale, expliquait, dans un entretien au Monde, que « le Saint-Siège est le terrain idéal pour les doubles, voire les triples, jeux ». Luttes fratricides pour le pouvoir, argent sale, détournement de l’objet et de la mission de l’Église, il y a comme de l’écho. Certes, il ne s’agit pas, pour Didier Convard et Denis Falque, de remettre en cause le Vatican et d’y limiter le propos, mais l’on pourrait presque écrire que l’album est parfaitement dans le ton de ce qui peut s’y passer. Pour le reste...

Petite anecdote : le lancement de l’album a eu lieu dans le musée... du Grand Orient de France. L’occasion de découvrir les trésors de ce lieu (qui avait déjà accueilli il y a quelques années une exposition autour de Corto Maltese et des sociétés initiatiques), puisque les présents ont pu assister à une visite guidée érudite sur l’histoire et l’environnement de la franc-maçonnerie. Un petit côté « clin d’œil », aussi, pour celui qui a notamment fait de cette thématique une source visiblement inépuisable de scénarii.

Partager sur FacebookPartager
Mickael du Gouret

Des mêmes auteurs :

INRI - T4: Résurrection, par Didier Convard, Denis Falque et Pierre Wachs Hertz - T3: Le Frère qui n'existait pas, par Éric Adam et Didier Convard, Denis Falque et Christian Gine Hertz - T4: L'Ombre de l'Aigle, par Didier Convard et Eric Adam, Denis Falque, Christian Gine et André Juillard
05/11/2015