Auracan » chroniques » L'Aviatrice - Tome 2/2 : Aventures orientales
L'Aviatrice - Tome 2/2 : Aventures orientales, par Etienne Borgers, François Walthéry & Bruno Di Sano, collection Cockpit (Paquet)

L'Aviatrice

Tome 2/2 : Aventures orientales

Scénario : Etienne Borgers
Dessins : François Walthéry & Bruno Di Sano
Couleurs : Fabien Alquier

Paquet, collection Cockpit

Raid vers l'orient

1935, en plein raid aérien vers l'extrême-orient, Nora Stalle et son mécanicien Théo sont attaqués par un troupe de cavaliers Kazakhs, faits prisonniers et emmenés loin de leur avion. L'intervention de l'aviation Russe va leur permettre de s'échapper. Une réparation de fortune, et le Simoun est prêt à reprendre les airs. A Tachkent, plus de 600.000 personnes attendent nos deux héros, mais le danger n'est pas loin. La météo s'en mèle, sans compter sur la concurrence. Le raid dérange, il ne doit pas arriver à son terme...

Le tome 1 de L'Aviatrice s'avérait prometteur, et Aventures orientales confirme et renforce les bonnes impressions laissées par celui-ci. Le scénario d'Etienne Borgers laisse en effet peu de temps de souffler à ses héros et au lecteur. Chaque étape parcourue par le Caudron Simoun de Nora et Théo se révèle être à haut risque, en cette période historique particulièrement troublée. Régime politique de la Russie instauré au Kazakhstan, préparatifs de la guerre entre Japon et Chine, abus de la colonisation...

Au-delà d'une odyssée digne d'un Indiana Jones aérien, on survole (!) les pièces d'un puzzle qui aboutiront, plus ou moins indirectement, à la seconde guerre mondiale et à la redistribution géopolitique des cartes qui l'a suivie. Cependant, si Borgers appuie son propos avec l'intervention de quelques personnages réels, c'est l'évasion qui l'emporte au long de ces 54 pages agréablement exotiques et très mouvementées.

Côté dessin, François Walthéry et Bruno Di Sano livrent une partition sans surprise, mais classique et efficace. L'ensemble est plein de mouvement, les personnages sont sympathiques et les rôles féminins charmants. De plus, on imagine aisément la recherche de documentation indispensable à la restitution de cette époque peu explorée en BD. Certes, l'attente aura été de plus de 2 ans entre les deux albums (mais c'est aussi une marque de fabrique de F. Walthéry), mais en découvrant ce tome 2 on ne peut que constater que la patience du lecteur est récompensée. Une approche adulte et actuelle, un dessin classique madeleine de Proust...deux ingrédients qui se marient fort joliment pour un diptyque qui mérite assurément le détour.



Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens

A lire également :

31/10/2016