Auracan » chroniques » Matin de Canicule
Matin de Canicule, par Didier Daeninckx, Mako (EP éditions)

Matin de Canicule

Scénario : Didier Daeninckx
Dessins : Mako
Couleurs : Julia Weber

EP éditions

Elle s'appelait Marion

Producteur de films documentaires, Vincent quitte Paris en proie à la canicule pour aller recevoir un Prix attribué par un festival lillois. Sur le périphérique, il est témoin d’un accident au cours duquel un motard perd un bras puis la vie.
Alors que Vincent tente de reprendre ses esprits près de la porte de Montreuil, là-même où il a vécu son adolescence, le passé le rattrape. Mieux vaut ne pas réactiver de vieux engrenages...

Depuis quelques années, les liens entre BD et littérature se sont resserrés. La première adapte des oeuvres de la seconde, alors que des auteurs de la seconde s'essayent à la première. Le prolifique Didier Daeninckx n'a pas attendu cette tendance pour adapter certains de ses romans en BD ou en signer directement des scénarios. On le retrouve donc dans son genre de prédilection, le polar noir de noir avec ce Matin de Canicule. A la mise en images, Mako, complice de longue date de l'écrivain pour ses incursions dans le 9e Art.

Dès l'entame de l'album, via la mise en exergue de deux citations, on se doute que ce nouvel opus n'aura pas de happy end. En effet, c'est en un longue glissade vers l'obscurité que Daeninckx nous entraîne en compagnie de son personnage principal, Vincent, producteur de films. A partir d'un événement qui aurait pu être anodin, Vincent se remémore une partie de son passé, des instants lumineux, mais aussi leurs ombres qu'il va peu à peu réveiller suite à un enchaînement de circonstances. L'ensemble va déboucher sur un répugnant réglement de comptes, machination assortie des intérêts des années écoulées.

Didier Daeninckx privilégie un texte narratif dans le premier tiers de l'album, évoquant la nostalgie de son personnage central vieillissant, en citant notamment quelques références musicales. Les dialogues apparaissent alors que l'action se précise et que se tisse la toile dans laquelle Vincent va se retrouver englué.

Le trait épais de Mako restitue fort bien le climat de cette noire intrigue. La chaleur de cette canicule est quasi palpable alors que le dessinateur conjugue aisément les recettes du polar, jouant notamment sur de nombreux gros plans. On soulignera aussi sa capacité à donner à ses personnages les traits "ordinaires" de gens que l'on pourrait croiser dans la rue, sans tomber dans les travers du "beau héros" et de "l'affreux méchant".

Aussi efficace que sombre, Matin de Canicule réservera un bon moment de lecture aux amateurs du genre.

Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens

Didier Daeninckx dispose de plus d'une corde à son arc et accorde notamment, dans son oeuvre, une place particulière à la portée sociale et politique de l’Histoire comme de ses histoires.

L'auteur ne se cantonne pas au seul genre policier. La publication de Matin de Canicule s'assortit ainsi, chez EP éditions, de la réédition de deux albums qui privilégient une autre approche.

Dans Cannibale, adaptation en bande dessinée du roman éponyme illustrée par Emmanuel Reuzé, il choisit de dénoncer le traitement des populations kanaks lors de l'Exposition coloniale de 1931 au zoo de Vincennes.

Carton jaune !, avec Asaf Hanuka au dessin, s'inspire de l'histoire du boxeur tunisien Victor Perez et traite des mesures discriminatoires promues par la France de Vichy, notamment au sein des fédérations sportives.

Des mêmes auteurs :

La Chute d'un ange, par Didier Daeninckx, Mako Octobre noir, par Didier Daeninckx, Mako , par , Mako , par Didier Daeninckx, Mako

Du même scénariste :

Cannibale: , par Emmanuel Reuzé
05/05/2017