Auracan » chroniques » Le Livre
Le Livre, par Nicolàs Arispe (Le Tripode)

Le Livre

Scénario et dessins : Nicolàs Arispe
Couleurs : N/B

Le Tripode

Le Testament recréé

Le Livre réinterprète sept épisodes de l’Ancien Testament : la création du monde par Dieu, le sacrifice d’Abraham, la venue de l’Ange vengeur, les doutes de Job, les lamentations de Jérémie, la prophétie d’Ezéchiel et la punition de Jonas. Ces récits bibliques sont ici désaxés (spatialement et temporellement) et figurés par des animaux.

Le Tripode n'est pas une maison d'éditions spécialisée en BD. La page d'accueil de son site annonce en son catalogue Littérature-Arts-Ovnis. C'est sans conteste de ce dernier domaine que relève cet étonnant album. Nicolàs Arispe, dessinateur et illustrateur argentin qui déclare pourtant, dans la postface de l'album, se débattre aujourd'hui entre athéisme et agnosticisme, nous y livre sa vision très personnelle, marquée par son éducation religieuse, de différents épisodes de l'Ancien Testament.

Une vision très personnelle en effet, Dieu est représenté comme un ingénieur dans la Création, le sacrifice d'Abraham se déroule dans une communauté d'Ours blancs, Ezechiel est à la croisée du minotaure et de l'homme d'affaires... Il est vrai que ces courts textes, hautement symboliques, peuvent donner lieu à de multiples interprétations. En y intégrant, graphiquement, des éléments actuels et identifiables, l'auteur semble renouveler cet "Ancien" Testament. Ainsi, en situant sa représentation de Dieu dans un décor technologique et en munissant son personnage d'accessoires issus du même domaine, on a presque l'impression qu'il nous parle d'une re-création du monde. Une re-création après quoi ? Une apocalypse due à l'homme ? On pourrait aisément l'imaginer.

Les récits choisis sont impressionnants, et permettent à Nicolàs Arispe de multiplier les images fortes. Au coeur de celles-ci, les animaux remplacent très fréquemment les humains. Un choix résultant de différentes influences culturelles qu'explique l'auteur : Mettre en scène des animaux, c'est-à-dire les témoins d'une beauté céleste vaincue, me permet de revenir à un temps mythique, une quête primordiale

Plutôt que des cases suivies dans un découpage classique, l'auteur construit ses planches en 2, 3 ou 4 illustations soutenant le texte. Le dessin privilégie de très nombreuses hachures, et l'ensemble doit autant à l'illustation actuelle qu'aux maîtres de la gravure ancienne. L'ensemble est beau et puissant.

Loin d'une BD dite "commerciale"; Le Livre demande assurément un effort assorti d'ouverture d'esprit pour être abordé et apprécié. Ce qui n'enlève rien à son évidente qualité graphique et à la démarche originale de Nicolàs Arispe qui mérite d'être saluée.

Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens
15/05/2017