Auracan » chroniques » Hibakusha
Hibakusha, par Thilde Barboni, Olivier Cinna, collection Aire Libre (Dupuis)

Hibakusha

Scénario : Thilde Barboni
Dessins et couleurs : Olivier Cinna

Dupuis, collection Aire Libre

Sous les arbres en fleurs

Ludwig est un traducteur-interprète allemand aux ordres du parti hitlérien. Alors que la Seconde Guerre mondiale entame un virage inquiétant, ce mari désabusé et père peu préoccupé par sa famille est envoyé à Hiroshima afin de travailler sur des documents confidentiels, au contenu crypté. Là-bas, il lui est cependant impossible d'échapper à ses tourments qui se gravent dans sa chair et lui causent d'intenses douleurs. C'est alors que sa rencontre avec une belle Japonaise va bouleverser toutes ses convictions, jusqu'au plus profond de son âme...

Après avoir abordé le genre historique, le polar et la SF, Thilde Barboni nous offre cette fois l'adaptation de sa nouvelle Hiroshima, fin de transmission, qui, outre une très belle histoire d'amour, lui permet d'évoquer une période finalement fort peu connue de la seconde guerre mondiale. Le triste Ludwig a vécu au Japon dans son enfance et son retour au Pays du Soleil levant réveille en lui des souvenirs, tout en lui offrant un amour tant recherché. Mais les aléas de l'Histoire sont complexes, et d'invité il devient prisonnier, son destin se marquant à jamais à travers l'horreur de la bombe atomique...

L'histoire aurait pu donner lieu à une recherche de spectaculaire. Or la scénariste nous la présente au plus près de ses personnages, de leurs faiblesses et blessures, physiques et morales, mais desquelles, pourtant, peut renaître une lueur d'espoir. Thilde Barboni prend le temps, sur un rythme lent, de nous imprégner doucement de ce récit sensuel et déchirant, mais aussi empreint d'une forme de poésie éternelle. Son approche est particulièrement sensible, et Hibakusha revêt parfois un aspect contemplatif...qui lui sied tellement bien !

Il est vrai que l'élégant dessin d'Olivier Cinna se marie parfaitement au scénario, son travail au pinceau évoquant inévitablement les traits à la fois spontanés mais exigeant aussi une impressionnante maîtrise, de la calligraphie japonaise. La délicatesse du dessin répond ainsi à celle de l'écriture, éloignant les principaux protagonistes -et le lecteur- de la menace générée par la guerre, pourtant omniprésente, jusqu'à ce que...

Les lecteurs d'Hibakusha n'oublieront pas de sitôt Ludwig, son amertume, son amour et ses déchirements. Olivier Cinna et Thilde Barboni signent là un album qui charme assurément mais qui, contexte aidant, interroge aussi et donne à réfléchir. L'hisoire est belle, inscrite dans une Histoire qui, elle, est terrible. Telle est la force de l'imaginaire, et de l'amour aussi... Un must !


Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens

Du même scénariste :

Monika - T1: , par Thilde Barboni, Guillem March Monika - T2: Vanilla Dolls, par Tilde Barboni, Guillem March

Aussi sur le site :

Pour en savoir plus : le site officiel d'Olivier Cinna

30/05/2017