Auracan » chroniques » Le Pays des Purs
Le Pays des Purs, par Hubert Maury d'après l'histoire de Sarah Caron, Hunert Maury, collection Contre Coeur (La Boîte à Bulles)

Le Pays des Purs

Scénario : Hubert Maury d'après l'histoire de Sarah Caron
Dessins : Hunert Maury
Couleurs : Clémentine Louette

La Boîte à Bulles, collection Contre Coeur

Initiales BB

Le 27 décembre 2007, la ville de Rawalpindi, au Pakistan, est la proie de violentes émeutes, suite à l’assassinat de Benazir Bhutto, principale opposante au régime en place. Dans la foule, Sarah Caron, photographe française, saisit avec son appareil les moindres détails de la scène. Mais très vite, la jeune femme est repérée et se retrouve poursuivie, craignant pour sa vie. Un mois plus tôt, Sarah rencontrait Benazir Bhutto afin de réaliser une série de portraits commandée par le magazine Time. Une entrevue difficilement décrochée et qui, par un pur hasard, survenait le jour même de l’assignation à résidence de l’opposante. Une aubaine pour Sarah : pendant 4 jours, elle se retrouvait aux premières loges de l’actualité !

On dit, paraît-il, dans le milieu, qu'un bon reporter-photographe de conflits est un photographe vivant. Et en découvrant le récit, porté en BD, de Sarah Caron, on le comprend ! Les photos de Benazir Bhutto qui lui ont été commandées vont, suite à une accélération des événements, placer la jeune femme au coeur d'une véritable poudrière,, dans laquelle, en un rien de temps, la violence peut faire irruption. Hubert Maury adapte avec succès le récit de la photographe française maintes fois récompensée pour ses reportages. Le dessinateur, analyste politique, a d'ailleurs rencontré son futur personnage principal alors qu'il travaillait pour l'Ambassade de France au Pakistan, le Pays des Purs.

Le scénario nous permet de suivre au plus près le travail de Sarah, les difficultés rencontrées pour l'accomplir dans des conditions correctes et les risques encourus. Mais à côté de cela, on découvre surtout la passion de la jeune femme pour ce travail très particulier, et son énergie et sa débrouillardise pour y arriver.

Car c'est une vraie aventure que l'on vit au côté de Sarah, à un rythme trépidant, et pas une fois on ne s'ennuie au long des 180 pages de ce roman graphique. Au contraire, on y apprend beaucoup, et on sourit aussi parfois, car si la photographe est confrontée aux Talibans, elle l'est aussi, entre autres, aux inconvénients engendrés par...une valise perdue à l'aéroport.

Le dessin moderne et plaisant d'Hubert Maury et son découpage sont très dynamiques et portent cette histoire à grande vitesse. On ressent la tension permanente qui entoure le travail de Sarah, particulièrement en ces circonstances précises, alors que bascule l'avenir d'un pays qui constitue aussi un emplacement stratégique pour toute cette région du globe. Plus qu'une BD, les auteurs nous offrent un témoignage passionnant de ce drôle de métier et, à l'arrivée, on ne peut qu'être admiratif et porter, peut-être, un regard différent sur les images des journaux et magazines d'information.

Soulignons qu'un dossier d'une douzaine de pages, présentant quelques-unes des photographies de Sarah Caron réalisées au Pakistan sert d'introduction à l'album. Secouant !

Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens
09/06/2017