Auracan » chroniques » Lolonoa, journal d'un pirate des Caraïbes - Tome 1/3
Lolonoa, journal d'un pirate des Caraïbes - Tome 1/3, par Fanny Lesaint (Editions de Beaupré)

Lolonoa, journal d'un pirate des Caraïbes

Tome 1/3

Scénario, dessins et couleurs : Fanny Lesaint

Editions de Beaupré

Le matelot qui rêvait de tabac

Années 1660 dans les Caraïbes. Parti de l'île de la Tortue à la tête d'une poignée de flibustiers, François l'Ollonois s'empare d'une frégate espagnole...  Après de longues errances depuis son dépârt de la Rochelle, c'est le début d'une épopée ! Une aventure où régnèrent la violence et l'injustice, l'ambition et la passion, mais aussi la folie meurtière inhérente aux rêves de richesse !

Qui s'intéresse à l'histoire de la piraterie a inévitablement entendu parler de François l'Olonnois, né vers 1630 aux Sables d'Olonne et exécuté en 1669 par des indiens anthropophages. Le seul nom de ce redoutable flibustier est devenu, au cours des ans, un symbole de cruauté, et c'est l'image qu'en a gardé l'Histoire. Pourtant, sa destinée est plus complexe, liée à son époque, et c'est à la retracer que s'attache Fanny Lesaint, auteure sablaise.

La première séquence de son scénario surprend, puisqu'il s'agit de la dernière de la vie du pirate, exécuté et démembré par des indiens. C'est donc sous forme d'un très long flash-back que l'auteure, par le biais d'un supposé journal, laisse l'Ollonois (surnommé Lolonoa par les indigènes et El Olonès par les Espagnols) nous raconter son histoire. Le jeune matelot terre-neuvas qui rêve de devenir planteur de tabac à Saint-Domingue va rapidement voir s'envoler ses illusions. "Engagé" pour trois ans, puis traité comme un véritable esclave, sa situation constitue le terreau de sa révolte, de sa rebellion. Associées à ses qualités de marin, celles-ci vont peu à peu façonner le flibustier, particulièrement craint des Espagnols.

Ce premier volet d'un triptyque nous présente ces événements, suivis d'une série d'actions spectaculaires qui vont progressivement faire grimper le jeune homme dans la hiérarchie de la piraterie, et installer sa réputation.

Fanny Lesaint combine dans sa BD des textes inspirés du vieux français et un graphisme élégant et très moderne aux larges aplats de noir qui, s'il évoque celui de Mike Mignola,  n'est pas non plus sans rappeler celui de Brüno. Bien qu'incertain, ce cocktail fonctionne plutôt bien et c'est avec intérêt que l'on s'embarque dans la lecture, en s'attardant avec plaisir sur l'une ou l'autre case particulièrement réussie. Hélas, hormis la pirouette du début, le récit est plutôt linéaire et donne, par moments, une impression de lenteur. Ceci pemet cependant de prendre la mesure de l' histoire et de son contexte . Moins catchy que Johnny Depp mais nettement plus réaliste et documenté, le pirate des Caraïbes de Fanny Lesaint assure ainsi un moment de lecture intéressant et plus d'une fois surprenant.

L'album est préfacé par Mathieu Lauffray, et les Editions de Beaupré éditent, séparément, un cahier graphique qui permet de découvrir plus précisément la genèse du projet et les travaux préparatoires de Fanny Lesaint pour Lolonoa.

Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens

Pour en savoir plus : Le site de Fanny Lesaint

30/11/2017