Auracan » chroniques » Moi, Mikko et Annikki
Moi, Mikko et Annikki, par Tiitu Takalo  (Rue de L'Echiquier BD)

Moi, Mikko et Annikki

Scénario, dessins et couleurs : Tiitu Takalo

Rue de L'Echiquier BD

Quand un quartier s’insurge contre sa destruction…

Annikki reste encore un des rares quartiers historiques de la ville finlandaise de Tempere à être conservé quasiment comme il a été construit deux siècles plus tôt. Mais pour combien de temps encore ? La folie immobilière guette ce quartier historique qui pourrait devenir un « joli » petit îlot bien rentable pour les promoteurs. Heureusement, les habitants de ses petites maisons de bois ne l’entendent pas de la sorte, et un combat acharné s’engage entre la municipalité favorable au modernisme et les habitants soudés en communauté et qui n’ont qu’un rêve, c’est qu’on les laisse tranquilles rénover au lieu de tout détruire.

Le combat du pot de fer contre le pot de terre peut commencer et le lecteur, après avoir découvert l’histoire du charmant petit quartier, anciennement un des plus industrialisés de la région, va suivre pas à pas les actions menées de part et d’autre par des protagonistes tous persuadés qu’ils œuvrent pour le bien de l’îlot.

Après avoir vécu de l’intérieur tous les démêlés avec les autorités municipales puis nationales, l’auteur complet Tiitu Takalo s’est lancé dans un récit autobiographique qui pourrait, hélas, être transposé dans bon nombre de quartiers et ce, à travers le monde entier, tellement le sujet est omniprésent : la quête du soi-disant bien-être de l’habitant qui n’a, en fait, de finalité que celle d’enrichir les promoteurs immobiliers et les donneurs d’ordre.

Rafraîchir et redonner le lustre d’antan plutôt que faire table rase d’un patrimoine historique ? Tel est le leitmotiv que Tiitu Takalo ne cesse de marteler tout au long de son album. Le récit bien ficelé se voit mis en valeur par un dessin semi-réaliste de bon aloi ajouté à des couleurs chatoyantes qui rendent la lecture de cet opus très agréable, et l’on comprend rapidement les raisons pour lesquelles cet album a reçu des honneurs.

 

Saluons ici l’heureuse initiative des éditions de Rue de l’Echiquier BD pour avoir édité cette bande dessinée, lauréate du prix Finlandia en 2015, qui devrait ravir celles et ceux qui se battent pour la défense du patrimoine quel qu’il soit.

Partager sur FacebookPartager
Bernard Launois
28/01/2020