Auracan » chroniques » Altamont
Altamont, par Heriik Hanna, Charlie Adlard (Glénat)

Altamont

Scénario : Heriik Hanna
Dessins : Charlie Adlard

Glénat

Retour sur le festival maudit qui aura marqué la fin du mouvement hippie

Faute d’autorisation de l’administration de San Franscisco pour le site du Golden Gate Park, le festival inventé à l’initiative des Rolling Stones s’organise en catastrophe et dans des délais bien trop courts sur le circuit de stock-car à Altamont, en Californie. Organisation anarchique, service d’ordre mal assuré par les Hells Angels, les bévues se multiplient alors que plus de 300 000 festivaliers foulent les pelouses du circuit sous un déluge de pluie, de drogues et de décibels.

L’album ne se cantonne heureusement pas à mettre seulement en images les conditions déplorables dans lesquelles se sont déroulées le festival. Car les auteurs Herik Hanna au scénario et Charlie Adlard au dessin font en effet judicieusement suivre par le lecteur une bande de jeunes adultes réunis à bord d’un Combi Volkswagen depuis leur lieu de villégiature jusqu’à Altamont, au long de ces vingt-quatre heures de folie où la violence fut le point d’orgue, jusqu’au décès de quatre festivaliers.

C’est remplis de joie à l’idée de passer de bons moments ensemble que nos cinq amis, qui s’étaient un peu éloignés du fait de leur nouvelle vie de jeunes adultes, décident de partir ensemble. Ils espèrent vivre un festival à la hauteur de leurs attentes, celle d’abord de se retrouver pour à nouveau partager un moment ensemble, mais aussi celle de rentrer en communion avec la musique qu’ils chérissent…

Le scénariste Herik Hanna, au travers des discussions dans le Combi, souligne les caractères de chacun des protagonistes : de Doc l’ancien infirmier réchappé du Vietnam, à Schizo le déjanté trop souvent sous l’emprise de l’alcool et des amphétamines, en passant par Léonard fâché avec sa famille parce qu’il a déserté et puis Jenny accompagnée de Samantha, sa copine de fac, le minibus est le théâtre d’un beau huis-clos psychologique.

Quand on ajoute le trait réaliste de Charlie Adlard mettant en images ce road-movie pas ordinaire, cela donne un bel album que l’on découvrira en écoutant l’excellente playlist proposée par les auteurs.

Partager sur FacebookPartager
Bernard Launois
06/10/2023