Auracan » chroniques » La brute et le divin
La brute et le divin, par Léonard Chemineau (Rue de Sèvres)

La brute et le divin

Scénario, dessins et couleurs : Léonard Chemineau

Rue de Sèvres

La difficile question de la défense de ses convictions

L’introspection de sa vie suscitée par l’isolement lors du Covid décide Eva, une jeune ingénieure promise à un avenir brillant, à quitter un grand groupe pour donner un autre sens à sa vie. La voici envoyée par le conservatoire pour ses compétences techniques à un poste situé sur une petite ile déserte du Pacifique sud avec pour mission notamment de réparer une station météorologique endommagée à la suite de vents violents. Enfin, elle va pouvoir se rapprocher de la nature et participer à un projet écologique.

Si les premiers jours se déroulent à peu près comme elle l’avait imaginé avant de partir, les ennuis ne tardent pas à poindre. Il faut dire que se retrouver seule avec Puce, son chien, au milieu du Pacifique sur une ile dont la surface ne dépasse pas les 1700 m2, et en totale autarcie ne s’avère guère aisée pour une citadine. Néanmoins Eva se débrouille parfaitement, fait son potager, élève ses poules, pêche au tuba mais aussi retape la station météo jusqu’à ce qu’une vilaine blessure vienne enrayer le bon déroulement de son séjour. Que faire sinon quérir de l’aide auprès d’un bateau qui stationne à quelques miles ? Seulement, elle découvre que le bateau fait de la prospection pour des métaux rares. Comment va-t-elle réagir face à des gens qui lui ont sauvé la vie mais qui pratiquent des activités qu’elle considère comme sacrilèges. Doit-elle se transformer en lanceuse d’alerte en informant le Conservatoire, voire les réseaux sociaux pour défendre ses convictions ?

Voilà un thriller écologique réalisé de main de maitre par Léonard Chemineau qui pour la première fois s’est attelé à réaliser ce projet de bout en bout. Dès les premières pages, le lecteur va se prendre au jeu de suivre cette jeune femme téméraire au fin fond du Pacifique et suivre les péripéties qu’elle va rencontrer. Mais au-delà d’une belle aventure sur une ile paradisiaque, remarquablement mise en images, c’est également une réflexion sur le devenir de ces ilots dont l’équilibre s’avère chaque jour un peu plus menacé par une course à l’énergie des plus destructrices pour l’environnement.

Enfin, saluons l’initiative de l’auteur et des éditions Rue de Sèvres pour avoir pensé et conçu l’album avec des conditions d’impact minimum sur l’environnement sur toute la chaine de conception.


 
Partager sur FacebookPartager
Bernard Launois

 

 
01/12/2023