Auracan » chroniques » La Princesse du Sang - Tome 1
La Princesse du Sang - Tome 1, par Jean-Patrick Manchette et Doug Headline, Max Cabanes , collection Aire Libre (Dupuis)

La Princesse du Sang

Tome 1

Scénario : Jean-Patrick Manchette et Doug Headline
Dessins et couleurs : Max Cabanes

Dupuis, collection Aire Libre

Un vrai coup de cœur

Ce roman noir inachevé de Jean-Patrick Manchette décédé en 1995 aurait pu devenir un film. Finalement, Doug Headline a poursuivi l’histoire imaginée par son père et l’a adaptée en bande dessinée dans la prestigieuse collection Aire Libre chez Dupuis. Comme Blake et Mortimer ou l’Agence Hardy chez Dargaud, Lefranc chez Casterman ou Masson & Kaplan chez Glénat, cet album replonge dans les sombres années 50.

Octobre 1950. Les trois kidnappeurs d’Alba, la fille d’Aaron Black, grand trafiquant d’armes, s’étripent. Seul Maurer s’en tire et disparaît avec la fillette. Janvier 1956. Comme chaque année, Ivory Pearl, une photographe grand reporter vient passer le début d’année en Normandie chez son vieil ami Robert Messenger. À la descente d’avion, elle est accueilli par Lajos Obersoxszki, le nouveau compagnon hongrois de cet ancien officier de la Royal Air Force qu’elle a rencontré en 1945 à Berlin. Elle veut faire un break d’un an. Robert la persuade de partir à Cuba. Elle accepte sans savoir qu’elle va être mêlée à une opération des services du contre-espionnage français en rapport avec Black…

Sur fond de poussées indépendantistes en Algérie, au Vietnam, au Kenya ou à Cuba, de répression soviétique en Hongrie, cette histoire d’espionnage s’intéresse à plusieurs destins atypiques. Avec l'œil perçant d'un cinéaste, l’auteur brosse avec précision les caractères et les failles des personnages qui apparaissent finalement tous manipulés. Occasion en passant de dénoncer une société qui condamnait l’homosexualité. Le récit dense, bien écrit et plein de rythme laisse entrevoir de nombreuses pistes pour la suite tout en explorant les méandres de l'espionnage.

Au dessin, Max Cabanes donne une force inouïe à cette histoire. Son graphisme réaliste, élégant, puissant et empreint d’une réelle sensibilité est souligné par une palette de couleurs tranchées et pleines de vie.

Partager sur FacebookPartager
Manuel F. Picaud

Sélection officielle Angoulême 2010

10/10/2009