Auracan » chroniques » Le cycle de Cyann - Tome 3 : Aïeïa d’Aldaal
Le cycle de Cyann - Tome 3 : Aïeïa d’Aldaal, par François Bourgeon, François Bourgeon, Claude Lacroix (Vents d'Ouest)

Le cycle de Cyann

Tome 3 : Aïeïa d’Aldaal

Scénario : François Bourgeon
Dessins : François Bourgeon, Claude Lacroix
Couleurs : François Bourgeon

Vents d'Ouest

L'été est là… L'occasion de vous évoquer de beaux albums que nous avons dévorés lors de leur parution mais pas encore présentés sur le site !

Sept ans ! Voici sept années que nous attendions le nouvel album du Cycle de Cyann , l'étonnant récit d'anticipation que l'auteur des Passagers du Vent concocte depuis une décennie avec Claude Lacroix. Bien des démêlés judiciaires plus tard (qui virent les auteurs reprendre leur liberté vis-à-vis de leur ancien éditeur), voici la suite des aventures de la belle Cyann Olsimar. Par mégarde, ayant mal prononcé le nom de la destination à laquelle elle désirait se rendre, Cyann se retrouve bien involontairement sur Aldaal, une planète où il ne fait pas bon vivre.

En ce monde plus marin que terrien, habité de "pêcheux", de "rateux" et autres "maraîcheux", Cyann est recueillie par une "rafieuse", Aïeïa, étonnante maîtresse femme au parcours truffé d'épreuves et d'embûches. Sans états d'âme (c'est vrai qu'elle n'a d'autre choix si elle veut survivre dans ce monde où la nuit dure une année), Aïeïa accueille Cyann sur son rafiot. En échange, espère-t-elle, de ses faveurs… Malgré la méfiance mutuelle qu'elles se portent, les deux femmes vont apprendre à se connaître, et surtout, à se comprendre. Car c'est bien ici que réside le nœud de cet opus : Cyann a rejoint une planète dont les codes, les us, les enjeux sont bien différents de ceux qu'elle a connus sur Olh et Ilo. Ayant vite saisie par quel caprice de l'espace-temps elle est arrivée en ce lieu inhospitalier, l'héroïne aux yeux turquoise va chercher à s'en échapper. Avec Aïeïa ou pas.

La parfaite alchimie résultant du travail commun de deux auteurs de talent crée un album joliment abouti. Si la narration, riche et fluide, est hautement maîtrisée, force est d'applaudir le dessin de ces 72 pages de toute beauté. Qu'il s'agisse du trait ciselé ou de la force des couleurs, François Bourgeon n'a jamais été en aussi grande forme graphique. Aurait-il enfin trouvé une totale liberté de créer ? Soyons-en persuadés, et attendons les deux prochains tomes dès à présent annoncés.

Partager sur FacebookPartager
Brieg F. Haslé

© Brieg Haslé / Tous droits réservés
Article initialement paru dans DBD - Les Dossiers de la BD n°26.

11/08/2005