Auracan » chroniques » Venise
Venise, par Jirô Taniguchi (Casterman)

Venise

Scénario, dessins et couleurs : Jirô Taniguchi

Casterman

L'homme qui découvre...

Un homme arpente Venise hors des sentiers touristiques, sur les traces de son histoire familiale. Il se surprend parfois à flâner, se perd le long des canaux, s'arrête pour observer. A mesure que les brumes du passé se dissipent, c'est une nouvelle cartographie de la Sérénissime qui se dessine : contemplative et intrigante, majestueuse et intime.

Initialement édité par Louis Vuitton dans le cadre de ses Louis Vuitton Travel Books, ce Venise de Jirô Taniguchi est aujourd'hui réédité chez Casterman sous une jaquette différente, tout en bénéficiant d'une diffusion beaucoup plus large. L'occasion est ainsi donnée à un public plus important de découvrir une autre facette du talent de Jirô Taniguchi. En effet, alors que de nombreux lecteurs l'ont découvert avec ses mangas intimistes en noir et blanc édités "à l'européenne" dans la collection écritures du même éditeur -le premier volume de Quartier Lointain ayant même été couronné de l'Alph'Art du meilleur scénario et du prix Canal BD en 2003- c'est à une promenade éclatante de couleurs le long des canaux vénitiens que nous convie cet album au format...à l'italienne.

Le récit, ténu, rencontre l'un des thèmes de prédilection de l'auteur : la recherche de racines familiales. Avec L'homme qui marche, Taniguchi avait démontré que l'on pouvait construire un scénario sur des sensations, des impressions. Venise relève de la même veine, mais l'histoire est ici un prétexte pour développer un carnet de voyage dans la ville réputée la plus romantique au monde, et dotée de richesses historiques et artistiques exceptionnelles.

On suit donc ce personnage, à la recherche de l'histoire de sa mère puis de son grand-père, peintre, dans divers lieux emblématiques ou moins connus de la cité des Doges. Et on découvre, pas à pas, les somptueuses aquarelles de l'auteur. L'album se regarde plus qu'il se lit, quitte à changer l'ordre des étapes. Certaines pages bénéficient d'un découpage BD, car il y a une quête, un cheminement, des découvertes à raconter. D'autres images occupent une pleine page ou une double page, mais toutes sont éclatantes de beauté, de couleurs et...de précision dans une technique pourtant réputée pour son aspect aléatoire.

Avec Venise, Jirô Taniguchi ne réalisait pas seulement un carnet de voyage, il signait surtout une magnifique déclaration d'amour à la Sérénissime et à son atmosphère tellement particulière.

La famille, l'amour, la vie et la mort sont aussi les sujets sur lesquels est construit Un ciel radieux, l'un des "classiques" du mangaka. Des thèmes que l'auteur explore sur un schéma narratif proche de Quartier lointain, avec un point de départ fantastique mais un traitement réaliste plein de délicatesse. A noter que Casterman vient de rééditer ce roman graphique de plus de 300 pages à savourer sous la nouvelle maquette de la collection écritures.

Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens

Du même auteur :

, par Jirô Taniguchi  - T2/2, par Jirô Taniguchi Les Gardiens du Louvre, par Jirô Taniguchi Un Zoo en hiver, par Jirô Taniguchi

A lire également :

Aussi sur le site :

02/01/2018